Classique
« Tourbillon ! … A deux pianos » : Jean-François Heisser et Jean-Frédéric Neuburger embarquent Béziers dans une création de Bruno Mantovani

« Tourbillon ! … A deux pianos » : Jean-François Heisser et Jean-Frédéric Neuburger embarquent Béziers dans une création de Bruno Mantovani

08 novembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Ce samedi 7 novembre 2015, dans le cadre des concerts de la Belle Saison et de la programmation musicale de sortieOuest deux pianistes d’exception (le second ayant été l’élève du premier) ont emmené le public de Béziers dans un tourbillon qui allait de Ravel à Mantovani, en passant par Dukas, Stravinsky et, en bis, Debussy. Un beau voyage sur une mer pleine d’harmonie.

[rating=3]

Alors que le concert devait avoir lieu dans la mythique salle du Minotaure (ex salle Berlioz) au cœur de Béziers, un incident technique dû au poids du double piano Steinway a forcé les organisateurs à trouver une solution de repli. C’est avec à peine quinze minutes de retard que le concert a pu commencer dans le cocon boisé de la salle de concert de la médiathèque André Malraux. Après quelques mots du manager général de la Belle Saison, Antoine Manceau, le répertoire de la soirée a été présenté avec sobriété et élégance par le pianiste Jean-François Heisser.

Les deux pianistes ont commencé côté à côte pour une Rapsodie espagnole de Ravel à quatre mains, qui grimpait en intensité jusqu’à une Habanera et une Feria endiablées. Puis chacun s’est posé à un bout de l’instrument pour entamer le programme à deux pianos solos par un concerto de Stravinsky. En 5 mouvements aux couleurs et aux genres d’une diversité saisissante, ce concerto permet à deux pianos de sonner comme tout un orchestre. Terriblement concentrés et synchronisés comme s’ils pouvaient voir les mains l’un de l’autre à travers la laque noir de leur double Steinway, les deux maestro nous ont offert un grand moment du musique, de nuances et d’émotion avec ce Stravinsky éblouissant.

Après une brève pause, c’était l’heure de la création. A peine proposé en privé devant un public de happy few à Coulommiers, le Tourbillon de Bruno Mantovani était donné pour la première fois en public, ce samedi 7 novembre 2015, à Béziers. Pull lavande, grand sourire et passion communicative, le compositeur a lui-même présenté son œuvre comme un tourbillon marin, mettant en avant le fait que, là aussi, les deux pianos ensemble permettaient de donner l’impression que les instruments se démultipliaient. C’est avec une grande concentration -et avec l’immense attention de la salle qui se retenait de respirer – que les deux pianistes nous ont livré les tangages et les variations minutieuses de ce Tourbillon qui faisait rêver aux grands horizons d’une mer à la Debussy. Cette création a été chaleureusement applaudie.

En final de ce programme très symboliste, Jean-François Heisser et Jean-Frédéric Neuburger ont échangé une dernière fois leurs extrémités du piano pour interpréter l’adaptation pour deux pianos de L’apprenti-sorcier de Paul Dukas. Un morceau présent dans toutes les imaginations en version « poème » symphonique, grâce au magnifique Fantasia de Disney (1940) et qu’on retrouvait ici entièrement transposé pour les seule cordes des deux pianos. En appuyant silences et syncopes, les deux musiciens ont su, encore une fois, recréer la fougue et la présence d’un orchestre avec leurs deux seuls instruments. En bis de cette très jolie soirée de plus de deux heures de musique, Jean-François Heisser et Jean-Frédéric Neuburger ont choisi de rester dans le même univers musical avec un Nuage de Debussy transposé pour leurs pianos par… Maurice Ravel. La boucle était bouclée et le public ravi d’impressions fortes et de tourbillons d’harmonies.

Grâce à la Belle Saison, les parisiens pourront entendre ce Tourbillon ! par Jean-François Heisser et Jean-Frédéric Neuburger aux Bouffes du Nord le 16 novembre 2015. Informations et réservations, ici.

Photos : YH

[Critique] « Le fils de Saul » : film insoutenable et nécessaire sur l’organisation de la mort industrielle à Auschwitz
« Tauberbach » d’Alain Platel : Bach, la surdité, la couleur et la sensualité à Sérignan
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *