Musique

Chroniques, playlist, clips : rétrospective du mois de janvier

03 février 2010 | PAR Mikaël Faujour

Avec la nouvelle année, viennent les bonnes résolutions. La première de La Boîte à Sorties est de vous offrir chaque début de mois un retour en musique sur le mois écoulé. Au programme : quelques chroniques, quelques clips… et une playlist récapitulative, qui s’autorisera à déborder au-delà du mois pour intégrer coups de cœur et annoncer les sorties à venir.

Nous avions terminé une année et commencé la nouvelle en vous offrant notre joueliste sélective de 2009. À présent, c’est en finissant un mois et en commençant un nouveau que nous vous offrons un bilan rétrospectif et sélectif sur les quelques semaines écoulées.

La plus réjouissante surprise nous vient d’une excellente mixtape signée Tom Caruana, qui plus est gratis (à télécharger ici). Dans les pas du Grey Album de Danger Mouse qui avait signé un mashup de référence (Jay-Z meets The Beatles), le DJ a eu le talent d’organiser d’inattendues agapes entre les dieux de la pop (The Beatles) et l’une des plus absolues références du rap noullorcais (Wu Tang Clan). Ça s’appelle Enter the Magical Mystery Chambers ; on vous en a causé fin janvier. Un chef d’œuvre du mashup, rien moins.
4/5

Au rayon des grosses sorties de l’année, Vampire Weekend, dont le 2e album Contra attendu avec intérêt par la critique et le public, est sorti ce mois-ci. Le quatuor de musicologues nous régale d’un petit joyau de pop avant-gardiste, enjouée et excentrique, brassant folk, worldbeat et ponctuations de cordes baroquisantes. Étourdissant, audacieux, brillant – et encore une merveilleuse preuve, au côté de Grizzly Bear, TV On the Radio, MGMT, Yeasayer, School of Seven Bells ou encore Here We Go Magic, que Brooklyn est depuis le mitan des années 2000 un équivalent crédible au San Francisco ou au Swinging London de 66-69. Le public ne s’y est pas trompé puisque, de façon aussi surprenante que méritée, l’album a atteint le top des classements étasunien, canadien et britannique. (Signalons aux Parisiens qu’ils pourront les voir à l’Olympia le 25 février.)
4/5

Le double live de David Bowie, intitulé A Reality Tour, était l’autre gros morceau de ce mois de janvier. Deux CDs chargés jusqu’à la gueule (33 titres) pour un album sanctionnant la colossale tournée mondiale de près d’un an en 2003-2004, en forme de rétrospective de la carrière pléthorique du géant anglais. Avec une discographie de plus de 20 albums studio, Bowie, les classiques ne manquent pas (même si on peut déplorer l’absence de « Space Oddity », notamment). De « Rebel Rebel » en ouverture au « China Girl » qui clôt le copieux programme, passent notamment « Ashes to Ashes », « Heroes », « Changes », ou « Ziggy Stardust ». Apparaissent aussi « The Man Who Sold the World », que les plus jeunes ont d’abord connu par la relecture qu’en offrit Nirvana, « All the Young Dudes » (écrit initialement pour Mott the Hoople), « Under Pressure » (belle et unique collaboration avec Queen). Album live aux airs de bestov, A Reality Tour est davantage à conseiller aux fans de Bowie qu’aux novices, qui devraient commencer par le plantureux Best of Bowie (2002).
[Sur notre joueliste : « New Killer Star », « All the Young Dudes », « Sunday », « The Motel »]
3/5

Au rayon des nouveautés qui n’en sont pas, citons la soul sister britannique VV Brown, dont le 1er album (Travelling Like the Light), qui lui a valu un beau succès au pays de la Reine et des Sex Pistols en 2009, sortait enfin en France. VV Brown chante l’amour en jouant sur divers registres rétro sans le son rétro et passéiste (vous suivez ?). Et de sauter allègrement d’un rockabilly synthétique minimaliste et noyé dans le sifflement de cymbales serpentines (« Quick Fix ») au doo-wop (l’exquis « LEAVE ! ») en passant par diverses nuances de soul/pop vivifiées de rehauts rock(abilly). Tour à tour intimiste ou imparablement dansant. Classy et diablement bien gaulé. À ranger aux côtés de Amy « Wino » au trône vacant (jusqu’à un éventuel 3e album en 2010 ?), Duffy ou Adele.
[Sur notre joueliste : « Shark In the Water », « LEAVE ! »]

3,5/5

Le one-man-band allemand Get Well Soon (autrement dit : le brillantissime Konstantin Gropper) sortait son 2e album, intitulé Vexations. 2 ans après un premier effort très remarqué, l’artiste revient avec une collection splendide de chansons pour folâtrer et pour rêver. Orchestrations touffues et d’une élégance qui vaut bien celle des Tindersticks, mélodies dolentes réminiscentes de Radiohead, mélancolie capiteuse : le singer-songwriter, âgé d’à peine 28 ans, livre un album tout simplement beau. Profus d’influences assimilées, d’arrangements fouillés (cuivres, cordes, chœurs d’enfants) et d’idées inédites (sample de cantatrice d’opéra ; Stabat Mater de Pergolèse repris par une chorale de cuivres désenchantés rappelant Beirut, etc.), Vexations peut d’ores et déjà être rangé parmi les classiques de l’année 2010. Un joyau pop de la décennie qui débute. Renversant. Sans déc’.
[Sur notre joueliste, nous aurions pu mettre tout l’album ; nous avons choisi : « We Are Free » et « 5 Steps / 7 Swords », « A Voice In the Louvre »]
4,5/5

Attendue après sa performance remarquée à Rock en Seine l’été dernier, Hindi Zahra livre à 30 ans Handmade, un premier album distingué, dont la douce mélancolie baigne dans une sapide marinade d’influences. Folk, jazz, blues électrique rappelant JJ Cale et musique traditionnelle berbère naturellement s’unissent. Sa sensibilité la rapproche parfois de Norah Jones (« Imik Si Mik ») ou de Yael Naim (« Beautiful Tango ») mais faisant se rencontrer musiques traditionnelles du sud étasunien et musique berbère, Hindi Zahra livre un disque bien personnel et au-delà de comparaisons réductrices. Comme l’indique le titre, « Fait à la main », le travail est  artisanal et la production dépouillée montre un refus du chichi très bien senti. Ce premier album est vraiment captivant. Affaire à suivre.
[Sur notre joueliste : l’évident single « Beautiful Tango » et l’impeccable blues méditerranéen « Kiss & Thrills », le mélancolique « At the Same Time »]
4/5

OK Go a connu jusqu’à présent un beau succès, grâce notamment à des singles bien ficelés dans la tradition Cheap Trick/The Cars/Weezer et surtout des vidéoclips originaux (« Here It Goes Again », « A Million Ways » aux chorégraphies rigides à la Devo). Les Américains ont décidé de prendre un virage à 90° et de déserter le territoire balisé de la power pop pour une electro-pop passablement insipide… En conclusion des 13 titres qui composent Of the Blue Color of the Sky, le chanteur hulule « What have I done ? » (« Qu’est-ce que j’ai fait ? »)… On se le demande en effet car il n’y a rien là qui enthousiasme. Entre un premier single (le judicieusement intitulé « WTF ? », soit : « what the fuck ? ») qui a des airs de Prince mal digéré – comme plusieurs autres titres d’ailleurs – et des compositions sans force, OK Go donne plus qu’autre chose l’impression de ne pas trop savoir où il va. Et pour tout dire : on s’emmerde. Tout n’est pas perdu, dirons-nous pour les paraphraser (« All Is Not Lost » est un des morceaux du disque) : restent « Needing/Getting » au parfum de TV On the Radio… et le chouette clip de « WTF ? ».
[Sur notre joueliste : « Needing/Getting »]
2/5

Signalons la plantureuse et curieuse compilation éditée par Volvox Twisted Cabaret Vol. 1, rassemblant 18 morceaux d’artistes différents autour d’un concept revivaliste du cabaret de Weimar… Pourquoi pas ? Résultat : 70 minutes de morceaux variés, où une majorité de groupes obscurs côtoie The Dresden Dolls et The Residents. Inévitablement, cela est inégal. On y remarque la présence de Budam, dont nous vous avons déjà vanté le talent et surtout quelques excellents morceaux, que nous avons sélectionnés. Et l’excellent morceau des Français de Katzenjammer Kabarett, qui donne une grosse envie d’aller y voir de plus près.
[Sur notre joueliste : « The Earlie King », de Baby Dee ; « Have You Seen My Sister Evelyn ? », d’Evelyn Evelyn ; « Saylor Sandham’s Sister », Katzenjammer Kabarett]
3/5

Également sur notre joueliste :

« Ambling Alp », single sorti fin 2009 pour annoncer le 2nd album de Yeasayer, qui paraîtra le 8 février et dont nous allons ne vous dire que du bien, du très bien ;

« Stylo », excellent single envoyé en avant-garde du le troisième album de Gorillaz, qui paraîtra le 8 mars et constitue l’un des grands événements musicaux de l’année 2010-02-03 ;

« Sick Bubblegum », de Rob Zombie, 2e single extrait de l’album qui sort en février : morceau groovy, puissant, la touche metal de la joueliste du mois ;

« Light of the Morning », « Death By Diamonds and Pearls », « Honest », issus du premier album des Anglais de Band of Skulls (Baby Darling Doll Face Honey), entre heavy rock zeppelinien et rock 70s, qui les rapproche tantôt des White Stripes, tantôt des Canadiens de Black Mountain ;

« Los Peces » et « Cara a la pared » , de feue Lhasa de Sela, décédée à l’âge de 37 ans en ce début d’année.

Faute de l’avoir bien parcouru, on vous cause pas du 1er album solo de Damny (La Phaze), dont une écoute cursive excite déjà l’intérêt et dont nous vous parlerons bientôt. On aurait bien aimé, mais on n’a pas eu l’occasion d’écouter les albums de Spoon (Transference), The Brian Jonestown Massacre (Who Killed Sgt. Pepper?) ni le live des Cranberries (Bualadh Bos), qui se sont reformés à cor et à cri. C’étaient là les albums-événement à signaler. N’hésitez pas à nous en donner votre avis.

Quant au très hype Broken Bells (soit Danger Mouse et le leader des Shins), dont un premier single est sorti (« The High Road »), il ne nous a pas vraiment conquis et n’apparaît donc pas dans la sélection.

Voici donc notre délicieuse joueliste, patiemment concoctée. Bonne écoute.

Et nous vous offrons une liste de quelques-unes des vidéos qui nous ont enchanté ce mois-ci. Récentes ou pas, elles ont marqué notre mois de janvier pour diverses raisons.

Le clip surréaliste et psychédélique illustrant « Ambling Alp » de Yeasayer et publié depuis quelques mois est d’actualité en raison de la sortie ce 8 février du deuxième excellent album du groupe (Odd Blood), dont il était le 1er single.

Le fascinant « I Say Fever », extrait du 1er album de Ramona Falls (Intuit, 2009), hors de toute actu mérite d’être signalé tout simplement par la remarquable beauté du clip, accompagnant une musique elle-même de premier plan.

Quant à nos chouchous des Fitzcarraldo Sessions, nous les remettons en avant avec le clip de leur collaboration avec Moriarty : « Alice & Lewis ».

Enfin, en guise d’hommage à Lhasa, une captation live de l’exquis « Cara a la pared », mélancolique gemme issue de son 1er album, La Llorona (1997). Cela relève peut-être du lieu commun que de dire que les meilleurs partent les premiers. En tout cas, nous reste le pire : Michel Sardou. Et cela rend d’autant plus amer à chaque mort d’un artiste de talent.

Agnes Bihl : nouvel album, titre en téléchargement gratuit, et 4 dates à l’Européen
Le comédien Georges Wilson est mort
Mikaël Faujour

3 réflexions au sujet de « Chroniques, playlist, clips : rétrospective du mois de janvier »

Commentaire(s)

  • Yaël Hirsch
    yael

    clap clap clap, cet article est juste fantastique, et brasse vraiment une bonne parties des belles choses de ce début 2010 tout en finesse et en légèreté. Monsieur Faujour, vous êtes un maître….

    février 3, 2010 at 22 h 34 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *