Classique
Ali Hirèche : « mes compositeurs préférés sont ceux du moment « 

Ali Hirèche : « mes compositeurs préférés sont ceux du moment « 

29 septembre 2020 | PAR Victoria Okada

Un pianiste de grand talent mais trop discret, Ali Hirèche donnera un récital le 1er octobre à 20h30 à la Salle Cortot. Son programme comprend les Impressions intimes de Mompou, les Davidbündlertänze de Schumann et la Danse macabre de Saint-Saëns. Il nous a livré quelques secrets de son art.

Pourriez-vous présenter votre programme et pourquoi avez-vous choisi ces œuvres ?

J’ai choisi ces œuvres car j’ai fait il y a déjà un certain temps un disque d’œuvres espagnoles avec ces pièces de Mompou, chez Genuin (en 2018), mais je n’ai pas encore eu d’occasion de les présenter à Paris. Je trouve qu’elles méritent d’être jouées en public. Quant aux Davidbündlertänze (Danses des membres de la Confrérie de David), je les ai enregistrées cet été, c’est pourquoi j’ai intégré cette œuvre dans mon programme. J’espère pouvoir présenter ce nouveau CD au printemps. Enfin, pour la Danse macabre, c’est tout une autre histoire. En bref, il y a un petit lien entre les Davidbündlertänze et la Danse macabre : les premières se terminent avec une pédale de do dans les graves, ce sont les douze coups de minuit, et la Danse macabre commence par les douze coups de minuit !

Quels sont les compositeurs ou l’époque avec lesquels vous avez le plus d’affinité, et pourquoi ?

Je voudrais dire que les compositeurs que j’ai le plus d’affinité sont ceux auxquels je me consacre à un moment donné. Je ne suis pas un pianiste spécialisé dans tels ou tels auteurs ni telle ou telle époque. Il est vrai que pour le moment, ma discographie est marquée par le romantisme, puisque j’ai gravé des œuvres de Brahms, les Études de Chopin, et je viens d’enregistrer Schumann. Mais j’ai également abordé de la musique espagnole, et je pense enregistrer très prochainement Schubert et Beethoven, et encore, de la musique russe… Franchement, je n’ai pas de préférence, mais une affinité du moment.

Que représente pour vous la musique ?

La musique est une partie intégrante de ma vie, c’est une vocation, une vocation choisie. C’est un art qui permet de créer une communion avec des personnes très différentes, venues de tout horizon ! La musique est également un mystère pour moi ; on a beau analyser la partition, regarder sa construction, ses enchaînements harmoniques ou contrapuntiques, etc., mais au final, l’œuvre jouée d’un seul souffre, de bout en bout, sera toujours différente de la somme de ces analyses. C’est précisément cela, le mystère de la musique.

photo © GH Production

« Tout le monde peut être féministe » de bell hooks : de l’exigence à l’engagement
Le manifeste politique abracadabrant de Sylvain Creuzevault à l’Odeon, théâtre de l’Europe.
Victoria Okada

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *