Cinema
Rétrospective cynique sur l’année 2020 avec « Death to 2020 »

Rétrospective cynique sur l’année 2020 avec « Death to 2020 »

22 janvier 2021 | PAR Salome Helgoule Vallot

Les réalisateurs de la série Black Mirror signent un documentaire parodique sur les différents événements qui ont secoué l’année 2020. Les interventions grotesques de soi-disant spécialistes, incarnés notamment par Hugh Grant et Samuel L. Jackson, ont parfois un goût amer tant elles résonnent avec notre réalité. 

La recette parfaite

Ce « mockumentaire » (documentaire parodique) propose une rétrospective douloureuse, mais peut-être nécessaire, sur le désastre qu’a été l’année 2020. Pas besoin d’écrire un scénario catastrophe cette fois-ci : les images d’archives se suffisent à elles-mêmes. L’année 2020 n’a été qu’une suite de bouleversements politiques, sociaux mais surtout sanitaires. Le Brexit d’abord, puis les élections présidentielles et les manifestations Black Lives matter. Enfin et surtout, le Covid-19.

Le retour sur les débuts de la pandémie est délicieusement grinçant. Le scientifique interrogé, incarné par Samson Kayo, affirme avec une grande solennité que si Tom Hanks a été contaminé par le Covid-19 cela signifie que le virus peut se passer « des êtres humains à des idoles » et donc potentiellement atteindre Dieu qui, parce qu’il est « plus vieux que l’univers », est « une personne à haut risque ». Cette rétrospective sarcastique permet d’appréhender la situation sanitaire avec plus de légèreté. 

Un documentaire satirique

Personne n’est épargné dans ce documentaire parodique. Joe Biden le « fantôme », Donald Trump « l’homme porc » et Boris Johnson « l’épouvantail » sont les victimes des réflexions cinglantes de la voix-off qui accompagne le spectateur pendant tout le documentaire. Les spécialistes enchaînent les inepties, comme l’historien (incarné par Hugh Grant) qui confond Games of Thrones avec la réalité, et les citoyens interrogés naviguent entre le complotisme et l’ignorance. 

Death to 2020 fait rire, certes, mais il est néanmoins révélateur d’une perte de confiance dans les institutions avec la montée de mouvements et d’idées complotistes. L’une des membres de l’équipe de Trump par exemple, jouée par Lisa Kudrow, ne cesse d’accuser les médias de mentir pour manipuler les foules. Kathy Flowers, mère au foyer, (incarnée par Cristin Milioti) explique comment le virus du Covid-19 a été créé dans un laboratoire chinois par George Soros. Une réalité qui n’est malheureusement pas si caricaturée…

Crédits visuels : ©Netflix France

 

 

 

Alice Laloy cherche et trouve le souffle au Nouveau Théâtre de Montreuil
Au 6b Bouphonie célèbre nos superstitions comiques
Salome Helgoule Vallot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture