Non classé

Live report: Blink-182, LE concert de ce first day of Rock en Seine

28 août 2010 | PAR Tristan Karache-Prudent

Hier soir vendredi 27 août, le groupe de rock pop punk se produisait sur la grande scène de l’évènement Rock en Seine à 22h. Une occasion de renouer avec le public français puisque depuis leur reformation en 2009, c’est la première fois que les trois membres effectuent une prestation. En effet, suite à quelques différents, les membres s’étaient séparés pour former Angels and Airwaves, Transplant et +44 mais n’ont finalement pas trouvé la parfaite alchimie qu’ils avaient su créer ensemble.

Une demi-heure avant le concert, les fans venus des quatre coins du monde se rassemblent devant la grande scène pour cette tête d’affiche qu’est le groupe américain. Pendant que les préparatifs se poursuivent, la foule se masse et l’espace devient très réduit. Un long rideau noir est disposé devant la scène pour cacher l’apparition des musiciens.

Lorsqu’enfin l’heure fatidique arrive, un mouvement de foule entraîne tout le monde vers l’avant et chacun se retrouve collé à son voisin. Le rideau tombe et les instruments se mettent en branle avec pour débuter l’un des plus gros titres du groupe « Dumpweed ». Dès le départ, l’ambiance est hallucinante, au lieu de pogo localisé, c’est l’ensemble de la foule qui devient complètement dingue. Ça ne fait même pas 1 minute que le groupe est sur scène et le public transpire déjà à grosses gouttes. A peine la voix de Mark Hoppus retentit lors du refrain que la démence s’empare des spectateurs.

Le pire est à prévoir lorsque les artistes enchainent directement avec « Feeling this » qui remonte la pression d’un cran. A ce stade du concert, la zone se situant juste devant la scène est une véritable boucherie, sautant, bougeant, tombant ou hurlant, les auditeurs se transforment en gladiateurs et s’affrontent dans l’arène. La musique semble hypnotiser l’assemblée qui ne peut s’empêcher de bouger dans tous les sens. Il faut aussi préciser que certains fous furieux avait été chauffés à blanc par Cypress Hill peu de temps avant. Autant dire que les moins remuants ont très vite dégagé pour survivre au carnage.

Les titres s’enchainent et l’esprit rock éclate de partout, les plus dingos montent sur les épaules de leurs compagnons explosent dans un bain de foule qui les porte et les refoule jusqu’aux barrières où là ils reçoivent l’honneur de faire le tour et de se retrouver derrière mais qu’importe ! Enfin, lorsque que les premiers accords d’ « I miss you » dispensés par Tom Delonge retentissent, les rockeurs la main sur le cœur chantent tous en chœur chaque syllabe et parole que comporte la chanson. Une véritable communion s’exécute donnant à tous une certaine unité. La mélodie semble apaiser et calmer tout le monde , seulement n’est-ce pas le calme avant la tempête ?

Penchant la tête en arrière les yeux fermés, Travis Berker icône du groupe recouvert de tatouages semble prendre un plaisir incalculable lorsqu’il balance « The Rock Show ». C’est reparti pour un pur moment de bonheur, les bras levés vers le ciel tous les participants s’égosillent et reprennent leurs activités de plus belle. Tom et Mark se permettent même de communiquer avec le public et de lancer quelques blagues. Entre chaque titre ou presque, le bassiste se sent obligé de dire un mot en français allant du simple « Merci Pariiiis » au « Le Beaujolais nouveau »…  Les trois artistes sont décontractés et c’est ce qui plait vraiment au public qui se donne à fond comme s’ il voulait remporter le titre de la-meilleure-foule-que-Blink-182-aie-eu.

L’avant dernière chanson avant de finir et de laisser leurs fans dans l’attente d’un rappel ou non, Mark annonce que « C’est la dernière chanson. On dit toujours ça mais en fait il en reste deux », ce qui ne manque pas de faire rire tout le monde. Pendant le rappel, la foule implose littéralement sur « Dammit ».

Dans cette première journée, il est bon de préciser qu’avec The Kooks et Cypress Hill, Blink-182 s’est détaché réellement des autres prestations.

Don’t leave Me en Live à Rock en seine (Désolé pour la qualité)


Blink-182 Rock en Seine
envoyé par Titoukp. – Clip, interview et concert.

Professor Green, la relève d’Eminem ?
Rock en Seine, soir 1 : la pluie n’empêche pas la fête
Tristan Karache-Prudent

One thought on “Live report: Blink-182, LE concert de ce first day of Rock en Seine”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *