Non classé

#2. “Der Geist ist wie Spuren der Vögel am Himmel”

07 avril 2010 | PAR Soline Pillet

A quelques mètres de la Ostbahnhof, la gare de l’Est, s’étendent les restes du fameux mur, dont toute trace a ailleurs disparu de la ville. Dernier vestige de ce symbole, l’East Side Gallery rassemble sur près d’un kilomètre trois-cents  dessins d’une centaine d’artistes contemporains de tous horizons géographiques.

Ici, nous sommes côté Est, à quelques mètres à peine du quartier vivant et branché de Kreuzberg qui vibre de l’autre côté de cette barrière psychologique. Zone quelque peu chaotique, entre le no man’s land et la reconstruction industrielle, s’élève face au mur la salle de concert O2 World, où les purs produits de la société capitaliste viennent se donner en spectacle, pied-de-nez fortuit ou volontaire à ces années de brimades.

Plus grande galerie extérieure au monde, l’East Side Gallery est un mémorial international pour la liberté. S’y étalent dessins et messages de paix, ainsi que la reproduction du « Baiser de la mort » entre Brejnev et Honecker dont le cliché fit le tour du monde en 1979. Lieu étrangement silencieux en dehors du trafic de l’immense avenue qui la borde, on y croise peu d’âmes qui vivent si ce n’est les rares touristes venus voir de leurs yeux quelques bribes de légende.

A mi-chemin de ce pèlerinage artistique et historique, une brèche a été taillée dans le mur. Une porte, un passage, une ouverture sur ce qui il y a vingt ans encore était l’Ouest et son flot de signification. Franchir le mur. Bizarrement, alors que plus aucun enjeu n’existe et que le passage est purement symbolique et mémoriel, l’émotion de ces quelques pas demeure pourtant extrêmement forte.

Franchir le mur : générations de Berlinois révèrent de cet exploit, d’autres le tentèrent au péril de leur vie. Aujourd’hui, ces quelques pas anodins suffisent à évaluer combien la distance physique est mineure face à la distance politique. Derrière le mur, côté Ouest, s’étend une plage à l’atmosphère étrange, terrain vague au silence surnaturel bordant le fleuve sur quelques mètres. Une petite plage sale et désolée derrière le mur de Berlin, telle une métaphore fortuite de ce qu’a représenté pendant vingt-huit ans les torrents de fantasmes du passage à l’Ouest pour des millions de personnes. Les traces de ce fantasme demeurent dans l’atmosphère ; étrange climat pourtant paisible de résignation et de déchirement. Je songe à cette phrase que je viens de lire sur le mur “Der Geist ist wie Spuren der Vögel am Himmel” – “Les pensées sont comme les traces des oiseaux dans le ciel”. Ici, le ciel est marqué à tout jamais.

Gagnez 5×2 places pour les concerts de Natasha Altlas et Trilok Gurtu dans le cadre du festival Mondes Pluriels
« Plus Loin Vers L’Ouest » avec le groupe Merzhin-Interview
Soline Pillet
A 18 ans, Soline part étudier la danse contemporaine au Québec puis complétera sa formation par les arts visuels à l’Université de Brighton. Au cours de son apprentissage, elle participe à des projets éclectiques en tant que danseuse. Également passionnée par l’écriture, elle rejoint les bancs de la fac en 2007 afin d’étudier la médiation culturelle à la Sorbonne Nouvelle. C’est par ce biais qu’elle s’ouvre au théâtre, au journalisme, et à toutes les formes d’art. Aujourd’hui, Soline rédige un mémoire sur la réception critique de la danse contemporaine tout en poursuivant sa passion pour la danse et l’écriture. Après avoir fait ses premiers pas de critique d’art pour le site Evene, elle rejoint l’équipe de la Boîte à Sorties en septembre 2009.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *