Livres

Une lointaine Arcadie choisie par un homme d’aujourd’hui

26 décembre 2010 | PAR Yaël Hirsch

Pour son 7e roman, Jean-Marie Chevrier choisit de se concentrer sur un Walden contemporain. Laissant de côté la morale philosophique qu’il faudrait tirer de l’histoire, l’auteur laisse sa fable emprunte d’ironie et de sensualité totalement ouverte. Une belle réussite. Sortie le 6 janvier 2011.

Lorsque son chien meurt et sa femme le quitte, Matthieu a beau vendre sa librairie spécialisée dans les jardins du XVIIIe siècles, il ne lui reste plus beaucoup d’argent. Il décide alors de l’investir dans une vieille maison d’enfance  éloignée de tout. Et se fixe une hygiène de vie adéquate : plus de lien avec le monde extérieur à part une vieille radio crachotante, beaucoup d’activité physique pour maintenir la maison, une nourriture spartiate, et un seul contact humain : le salut quotidien à son plus proche voisin. Il ne lui manque que la foi pour se sentir moine. Mais le monde contemporain ne laisse pas toujours qui veut jouer les ermites ; des tentations viennent déloger Matthieu de sa paix solitaire.

Avec beaucoup d’humour et une grande sensualité dans l’écriture, Jean-Marie Chevrier dépeint brillamment le voyage intérieur d’un personnage qui semble s’enrichir à mesure qu’il quitte les rivages du monde post-moderne. Cette vie (presque) dans les bois fera envie à certains, d’autres la trouveront attachante dans son absurdité… En tous les cas l’auteur laisse son lecteur parfaitement libre d’interpréter sa fable, et cette marge de créativité est extrêmement séduisante lorsqu’on se plonge dans « Une lointaine Arcadie ». Un  beau roman qui cloue un peu le bec  au genre du promeneur solitaire pour lui ouvrir l’esprit.
.

Jean-Marie Chevrier, « Une lointaine Arcadie« , Albin Michel, 218 p., 16 euros. Sortie le 6 janvier 2011.

 » Quand on fait seul son pain, quand on est seul à le manger et quand ce n’est que du pain, pas de la transsubstantiation, on peut revendiquer une réelle solitude. » p. 74.

Jean-Marie Chevier est l’auteur de 7 romans aux éditions Albin Michel. Membre du comité de rédaction de la Revue Siècle 21, il es l’un des co-fondateurs des Rencontres littéraires de Chaminadour.

 

 

Daphné : Nouvel album pour février et premier clip
Bien le silence partout, émouvant, tout simplement
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *