Livres

Patrick Cabanel dresse un panorama admirable des protestants de France

08 octobre 2012 | PAR Jean-Paul Fourmont

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Toulouse-Le Mirail et directeur de la revue Diasporas. Histoire et sociétés, Patrick Cabanel a déjà publié de nombreux ouvrages, comme notamment Histoire des Cévennes, Les Protestants et la République, Le Dieu de la République, Aux sources protestantes de la laïcité (1860-1900) et Juifs et Protestants en France, les affinités électives. Autant dire que Patrick Cabanel est un très fin connaisseur des questions religieuses et politiques en France. Ce nouvel ouvrage consacré à l’histoire des Protestants en France, du XVIe au XXIe siècle est une somme qui vient de paraître chez Fayard. Un ouvrage extrêmement ambitieux qui est une parfaite réussite. L’Histoire des Protestants en France, du XVIe au XXIe siècle, est un livre dense et très complet, qui permet de comprendre les lignes forces de l’histoire contemporaine sous un éclairage peu connu du grand public. Prenant le parti de raconter l’histoire d’une autre France, d’une France qui a échoué car elle est finalement demeurée une simple minorité parmi d’autres, cet ouvrage d’une rare érudition est une très belle réussite !

Les Protestants abordés par l’auteur sont exclusivement les Réformés, car les Luthériens alsaciens ne se mêlèrent au destin français qu’à partir de 1681 et ceux de Montbéliard qu’à partir de 1790. Au fil du temps, la France catholique a dû apprendre à coexister avec cette minorité riche d’élites diverses. Les villes phares du protestantisme sont La Rochelle, Montauban, Nîmes. Il existe en outre des sanctuaires ruraux, comme les Cévennes, le Vivarais, le Poitou. Il y eut des drames comme la terrible nuit de la Saint Barthélémy, des joies avec l’édit de Nantes, et des peines comme la révocation de ce même édit par Louis XIV. A la suite de cette révocation, beaucoup de Huguenots quittèrent la France pour le reste de l’Europe et les Amériques.

Une minorité d’élite…
En France, les protestants ou huguenots constituent une minorité pleine de vie, tout à fait dynamique, qui n’a eu de cesse d’interroger la nation française et d’en infléchir le destin. Comme l’indique Patrick Cabanel dans sa belle Histoire des protestants en France, il existe désormais une véritable harmonie entre le protestantisme et les autres religions. Cependant, par réflexe de classe, la position de la haute société protestante a évolué, passant peu à peu de la gauche à la droite. Initialement, en 1560, les protestants français ou huguenots ne représentaient que quelque 10% de la population française. Aujourd’hui, en proportion, leur nombre a nettement décru, puisqu’ils représentent seulement 3% de la population hexagonale. Et si le protestantisme attire de nouveaux venus, dans sa version classique et libérale, il demeure l’apanage des intellectuels. Le protestantisme traditionnel attire en effet un certain nombre de Français diplômés, qui cherchent une sorte de christianisme d’ouverture. En effet, être protestant nécessite une conversion, c’est-à-dire qu’il faut un acte de foi. Cet acte en question ne peut venir que d’un biblicisme et d’un certain activisme, qui nécessite une aisance intellectuelle.

….dont certains membres sont aux fondements de France moderne
Ainsi, l’histoire des Protestants s’apparenterait d’après Patrick Cabanel à un « échec », dans la mesure où en France les Protestants sont finalement restés une minorité parmi d’autres. Cependant, ils connurent le succès avec les Luthériens à Mulhouse et Montbéliard. En échappant aux persécutions, ils purent développer le protestantisme sereinement. Plus tard, ils contribuèrent directement au succès de la laïcité en France sous la IIIe République. Parmi les Pères protestants de la République, Patrick Cabanel mentionne notamment Pécaut pour les affaires spirituelles, Buisson du côté pédagogique et Renouvier pour la philosophie. Après la démission du maréchal de Mac-Mahon dans les conditions que l’on sait, les Protestants affluèrent de plus belle dans les équipes gouvernementales, avec notamment William Waddington, Jauréguibbery (marines et colonies), Le Royer (justice), Léon Say (finances), Freycinet (travaux publics), etc.
Comme l’indique à cet égard l’auteur, tel n’avait pas pu être le cas sous les régimes précédents. Après l’effondrement du Second Empire, « il y a bien eu un moment, un accent, un affluent protestants dans la formation et l’épanouissement de la République laïque de la première génération, celle des « lois Ferry ». Moment éphémère, ruisselet bientôt noyé dans des eaux profondes, celles d’une démocratie adulte bâtie dans la matière d’un pays dépourvu de tradition protestante ; mais moment national, et source peut-être décisive » (p. 1032).
Initialement, il y eut beaucoup de Protestants autour du maréchal Pétain, mais ceux-ci s’en détachèrent, compte tenu de l’évolution du régime de Vichy avec les lois contre les Juifs. Il y eut des Résistants protestants durant l’Occupation. Si l’influence politique des Protestants s’est quelque peu amoindrie avec la fin de la IIIe République, un renouveau protestant s’opéra à partir de mai 1981 avec de nombreux ministres influents (Jospin, Rocard, Joxe, Quilles, Defferre).
Aujourd’hui, leur influence est forte dans l’industrie (notamment avec Hermès, Peugeot, Seydoux), en politique (notamment avec Rocard, Jospin, Quillés, Joxe, Defferre) et également dans le milieu de la culture (avec Gide, Ricœur, Godard). De plus en plus, on assiste à une certaine normalisation : on retrouve des protestants à droite, comme Maurice Couve de Murville (ministre et Premier ministre sous Charles de Gaulle, puis parlementaire jusqu’en 1995) et bien plus récemment Gérard Larcher. Concrètement, le protestantisme a par ailleurs contribué à faire évoluer les mœurs. La plupart des changements intervenus dans le cadre des mœurs sexuelles et familiales ainsi que l’adaptation subséquente du droit se sont d’abord manifestés dans les pays nordiques et anglo-saxons, contrées protestantes s’il en est. En France, toutes les réformes du droit de la famille, les régimes matrimoniaux, le divorce, la filiation ont été conçues par un juriste protestant, i.e. le doyen Jean Carbonnier.

Les courants évangéliques, une force vive
Ainsi, malgré ses quelques grandes figures influentes sur la scène économique et politique, le protestantisme reste de nos jours très minoritaire et guère audible. Il cherche donc à se faire entendre en organisant des rassemblements géants et en promouvant l’unité des Luthériens et des Réformés. Mais c’est surtout la montée en puissance des évangéliques qui parvient aujourd’hui à compenser sa relative faiblesse numérique. En effet, ces derniers courants attirent des gens dont les origines sociales sont bien plus modestes et qui recherchent une religion à la fois plus festive et plus démonstrative. Le protestantisme évangélique séduit aussi des milieux plus « difficiles », comme celui des banlieues par exemple. Il existe donc un protestantisme des « HLM », comme c’est le cas de l’Islam.
Les chrétiens évangéliques ne se reconnaissent pas forcément comme des protestants à proprement parler. Cette évolution est entre autre due à l’émigration africaine, antillaise et asiatique qui est ainsi prise en main aux niveaux religieux et social. Dans cette perspective prédomine le côté spectaculaire de la foi. Les pouvoirs publics essaient de faciliter l’intégration des jeunes églises peu établies. Le plus souvent, ceux-ci ne veulent voir qu’un intermédiaire. La difficulté, c’est qu’on tend parfois à incorporer des sectes. Ce qui explique pourquoi certains Protestants défendent parfois certaines mouvances comme les Témoins de Jéhovah.

Patrick Cabanel, Histoire des protestants en France, Fayard, 1500 p., Fayard, 39 euros. Sortie le 22 août 2012.

Ellie Goulding : la diva disco britannique est de retour avec un nouvel album
Aux sources de la peinture aborigène : le Musée de Quai Branly expose la part politique de l’art contemporain australien
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *