Livres
« Moulins à paroles », la logorrhée des vies ordinaires

« Moulins à paroles », la logorrhée des vies ordinaires

20 mars 2022 | PAR Julia Wahl

Les éditions Actes sud publient le troisième volume des Moulins à paroles d’Alan Bennett, cinq petits monologues adaptés pour la télévision par Nicholas Hytner et diffusés par la BBC en 2020.

Cinq femmes, dâges variés, nous livrent en des monologues denses des tranches de vies ordinaires, où l’amour et la mort se côtoient sans éclats. N’allez pas chercher dans cette antique alliance une moderne réécriture des mythes grecs. Non, les amours dont il est ici question sont des amours quotidiennes, qui ne pourraient rivaliser avec celles d’aucun de nos héros millénaires. Quant aux morts, pour suspectes qu’elles puissent être, c’est à des deuils bien banals qu’elles se prêtent.

Alan Bennett nous présente en effet le récit de femmes des classes moyennes et inférieures des environs de Leeds, et nous fait sentir, par la crudité de ces monologues, l’ennui et le fatalisme qui irriguent ces vies. Plus encore qu’une réelle trivialité, c’est cette conscience aigüe de leur banalité qui rend ces personnages tragiques. Le talent de l’auteur réside en grande partie dans cette aptitude à nous rendre attachantes ces femmes assommées par le quotidien, en une écriture qui fait la part belle à l’humour.

Le texte nous livre avec une grande attention à la langue les réflexions de ces personnages déboussolés par un quotidien qui leur échappe. Il restitue aussi, grâce aux didascalies, les mouvements de caméra de l’émission de la BBC. Si ces dernières peuvent sembler un appel à considérer ces petits textes comme de simples scénarios, elles engagent aussi le lecteur à faire travailler son imagination et à en deviner la traduction à l’écran.

 

Moulins à paroles (3). Monologues, [Talking Heads], traduction de Adélaïde Pralon, Actes sud – Papiers, 13 euros, 80 pages

Visuel : © Actes sud / Boris Séméniako / Ikon Images

Avec le cirque jouer avec les corps et les représentations : soirée « Cuir » + « En outre »
Hervé Le Bras en fait la démonstration: Il n’y a pas de grand remplacement
Julia Wahl
Professeure de lettres durant dix ans, chargée de production de diverses compagnies de danse ou de théâtre, chargée d'action culturelle et des relations publiques... Tout ce qui a trait à la promotion de la culture et au développement de ses publics me passionne. Parce que l'on ne peut voir un spectacle sans vouloir transmettre ses émotions, je chronique régulièrement le cinéma, le théâtre et la politique culturelle pour Toute la Culture.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture