Mangas
« Elle s’appelait Tomoji » : Taniguchi toujours au sommet

« Elle s’appelait Tomoji » : Taniguchi toujours au sommet

01 mars 2015 | PAR Sandra Bernard

Jiro Taniguchi, qui compte parmi les étoiles les plus brillantes du panthéon du manga, voit en ce début d’année la publication d’un de ses nouveaux ouvrages aux éditions Rue de Sèvre. Intitulé Elle s’appelait Tomoji, voici une oeuvre singulière à plus d’un titre. 

[rating=5]

elle-sapellait-tomiji-rue-de-sevresTomoji est une jeune fille vivant dans la campagne japonaise du début du XXe siècle, dont la vie est rythmée par le travail aux champs, aider à la boutique de sa grand mère et l’école. Tomoji n’a pas une vie facile, mais jamais elle ne se plaint ni ne démérite et elle affronte les périodes de bonheur et de malheur avec la même énergie. C’est également l’histoire d’une rencontre avec l’amour de sa vie : Fumiaki.

Elle s’appelait Tomoji est une oeuvre atypique dans la production de Taniguchi. En premier lieu, il s’agit de la biographie d’une personnalité locale qui, en sus, est centrée sur un personnage féminin. C’est également la première fois depuis longtemps, qu’il fait appel à une scénariste pour l’aider dans son travail.

Toutefois, l’on retrouve indéniablement la patte du maître avec un récit bien mené, faisant passer le lecteur par une palette de sentiments enveloppés dans une douce nostalgie. La narration est émaillée d’une multitude d’allers retours dans le temps, et pourtant le lecteur n’est jamais perdu. L’on retrouve l’affection du maître pour les récits calmes et la représentation des grands espaces. Les graphismes sont reconnaissables entre tous, à la fois clairs, légers et détaillés. L’édition est de belle facture avec ses grandes pages imprimées sur un papier de qualité.

Informations pratiques :

Jirô Taniguchi, Elle s’appelait TomojiRue de Sèvres, Type: Seinen, Genre: Tranche-de-vie, Historique, Illustration: n&b + couleurs, Janvier 2015, 17€

Visuel : © by TANIGUCHI Jirô / Futabasha

Gagnez vos places pour le concert de Baden Baden au Café de la Danse le 25 mars
Télémaque s’ancre au Centre Pompidou
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *