BD
Les droits des animaux en questions, par Dominic Hofbauer et Rosa B.

Les droits des animaux en questions, par Dominic Hofbauer et Rosa B.

18 février 2022 | PAR Orane Auriau

Ethique animale : Les droits des animaux en questions, écrit par Dominic Hofbauer et illustré par Rosa B., fait le tour de l’histoire des droits des animaux, en questionnant la place que leur accorde la société.

Comprendre l’histoire et les enjeux des droits des animaux

Court mais incisif, drôlement et implacablement illustré par Rosa B. (alias l’Insolente veggie, autrice de BD), mais ce qu’il faut pour s’introduire à ce sujet de manière synthétique. Il aborde le rapport (compliqué) des humains aux animaux, en convoquant la science, le droit et la philosophie – se saisissant de la morale et de l’éthique. 

Cet ouvrage est également un prétexte pour balayer les idées reçues sur les animaux et les mouvements de défense animaliers, avec un argumentaire départagé en quatre parties : 1. Des connaissances en évolution 2. De l’histoire ancienne aux débats d’aujourd’hui 3. Quels droits pour les animaux 4. Demain, des animaux citoyens? L’ouvrage présente une multitude de questions telles que Jusqu’où tenir compte de tout individu capable de souffrir? Les animaux peuvent-ils être des sujets de droit? Qu’est-ce que le « bien-être animal »?

L’essai prend ainsi pour mission d’analyser le spécisme (idéologie qui postule une hiérarchie entre les espèces), mais aussi en redonnant la définition de ce qu’est un animal – un être sentient (c’est-à-dire une sensibilité consciente), capable de réfléchir et de ressentir la douleur. “Ainsi, par opposition au spécisme, l’antispécisme considère juste que l’espèce d’un individu ne saurait non plus constituer – à elle seule – un critère de considération morale. » Un phénomène qui par ailleurs coïncide en grande partie avec l’apparition des religions monothéistes, en particulier avec le christianisme.

“Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. » Genèse 1:28

Un spécisme et antispécisme historique

On y dresse ainsi le portrait de l’antispécisme comme celle d’une lutte historique enracinée dans une longue tradition (comme l’antiracisme, le féminisme…). Avec l’évocation des personnalités ayant œuvré pour l’avancée des droits des animaux comme le philosophe Peter Singer, la primatologue Jane Goodall, l’activiste Brigitte Gothière. Des progrès qui sont grandement le fait d’associations -telles que la L214 en France- et de refuges. On revient sur l’histoire de ce combat qui a connu -comme toute lutte – une avancée des droits ; pour exemple, on ne punit la maltraitance envers les animaux domestiques que depuis 1963. Nous sommes progressivement passés d’une considération cartésienne -des petites machines mécaniques bien rôdées- à la réalisation de leur individualité sensible. Mais le livre se doit tout de même de constater qu’une multitude de changements restent à faire. 

“Je sais bien que les bêtes font beaucoup de choses mieux que nous, mais je ne m’en étonne pas; car cela même sert à prouver qu’elles agissent naturellement et par ressorts, ainsi qu’une horloge, laquelle montre bien mieux l’heure qu’il est, que notre jugement ne nous l’enseigne.”  René Descartes, lettre au Marquis de Newcastle. 

 

Visuel : couverture du livre. © Editions La plage. 

L’écrivain Antoine Compagnon élu à l’Académie française
Jean Gabriel Chobaz met en scène Novecento : Pianiste, au Funambule Montmartre 
Orane Auriau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture