Jeunesse

Un tome 3 pour les crottes de nez de Mrzyk & Moriceau

Un tome 3 pour les crottes de nez de Mrzyk & Moriceau

17 mars 2019 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Depuis Panique au village des crottes de nez !, les habitants du village ont vécu un kidnapping et depuis quelques mois, leur coiffeuse se promène dans tout le corps humain. Amour, beauté et Crottes de Nez se lit en éclatant de rire à partir de 5 ans.

On retrouve avec délice et malice l’univers rond, espiègle et coloré des deux artistes les plus fun de l’art contemporain. Pour ce troisième volet des aventures du Pays des Crottes de Nez, l’histoire se concentre autour de Magali et de ses deux amis, Léon le mini-papillon et Tony, le lombric arc en ciel. Tous les habitants sont en émoi car Magali va participer à un concours de coiffure. Et l’enjeu est de taille !  La reine du brushing peut gagner son poids en chips. La voilà partie en catapulte en direction de Lasse-Végasse… Mais…

Bien évidement, comme toujours chez Mrzyk & Moriceau, le suspens et les aventures sont de mises. Bien sûr que Magali n’arrivera pas où elle pensait. On aura peur pour elle mais elle saura armée de peignes et de brosses trouver l’amour et rester libre. 

Les enfants adorent s’amuser à déchiffrer les pages et s’amusent de mots rigolos qui mixent vielles formules familières et langage soutenu : »Elles attachèrent Magali, Léon et Tony comme des petites saucisse, et elles les emportèrent dans leur village. Il faut bien te l’avouer : nos trois amis étaient pétés de trouille. » Comme vous le voyez, l’adresse aux petits lecteurs est direct, les auteurs tutoient leur public dans une volonté de les intégrer au récit.

Au passage, le fond délivre plusieurs messages utiles : en matière d’amour, le genre ne compte pas et il y a souvent une solution même dans les pires situations !

La fin du livre laisse penser qu’un Tome 4 viendra, et nous, on ne demande que ça !

Amour, beauté et crottes de nez de Mrzyk & Moriceau, editions Fourmis Rouges, en librairie.

Takako Saito, l’art du jeu
Clément Hervieu-Léger peine à nous faire aimer Jean Luc Lagarce à l’Odéon
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *