Fictions

« Une vie de Berger » de James Rebanks, récit plus vrai que nature

« Une vie de Berger » de James Rebanks, récit plus vrai que nature

05 juin 2017 | PAR Marine Stisi

Berger à plein temps, écrivain à ses heures, James Rebanks est un homme étonnant. Dans son livre Une vie de berger publié aux Editions Slatkine & Cie, ce fils et petit-fils de berger, diplômé d’Oxford et suivi par pas moins de 92 000 personnes sur twitter, fait le récit d’une vie, la sienne, une vie au cœur des montagnes anglaises, au rythme des saisons qui passent.

[rating=5]

 

« Ce qui suit est, pour partie, une présentation de notre travail au cours d’une année et, pour partie, l’évocation de ma vie durant les années 1979, 1980 et 1990, et des personnes qui m’entouraient à cette époque, comme mon père et mon grand-père, mais c’est aussi une réécriture de l’histoire du Lake District, du point de vue des gens qui y vivent depuis des centaines d’années. C’est l’histoire d’une famille et d’une ferme, et plus largement, de tous les oubliés du monde moderne. Elle nous montre que nous devons ouvrir les yeux et voir les oubliés qui vivent parmi nous et mènent des existences souvent profondément ancrées dans les traditions d’un passé lointain. Si nous voulons comprendre les gens qui vivent dans les montagnes d’Afghanistan, peut-être devons-nous d’abord essayer de comprendre les gens qui vivent dans les montagnes anglaises ».

Les quatre saisons

Automne, Eté, Hiver, Printemps. Quatre saisons et un récit savamment articulé autour de ce cycle naturel de la vie. La littérature qui s’adapte au temps qui passe et qui s’écoule. Qu’il neige, qu’il vente, qu’il pleuve, les bergers du Lake District, région au nord de Manchester et de Blackpool, doivent s’occuper des moutons, leur fidèle chien de berger à leurs côtés.

James Rebanks est né au cœur de cette région sauvage. Plus jeune, il était vu comme un fils de paysan, dans ce que le mot peut avoir de négatif aux yeux de la société. Pourtant, il n’a jamais douté que c’était sa place, à lui, et qu’il aimait la montagne et ses moutons plus que tout au monde. Après un détour par Oxford, plus pour se prouver à lui-même qu’il pouvait y arriver que pour l’ascension sociale que cela représente, il retourne dans sa vallée, comme son père et son grand-père avant lui.

Avec une plume efficace et douce, parfois technique mais jamais lassante, James Rebanks ouvre aux lecteurs les portes de son monde. Un monde où la nature est reine, qui ne laisse pas la place aux compromis ni aux superflus. C’est d’une simplicité effarante et pourtant, c’est d’une beauté troublante. Le berger y raconte son quotidien et son histoire, toujours nourris d’anecdotes, fondatrices ou non. Ce livre, publié en France après un véritable succès outre-Manche, nous donne cette envie fabuleuse de retrouver ce contact qui nous manque, celui avec la terre, avec la nature et le temps.

James Rebanks, Une vie de berger, Slatkine & Cie, 20€, 320 pages.

Visuel : (C) DR

Attentat à Londres: le monde de la culture réagit
L’agenda culture de la semaine du 5 juin
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *