Fictions
« Les Deux Pigeons » : Les amours ordinaires d’Alexandre Postel

« Les Deux Pigeons » : Les amours ordinaires d’Alexandre Postel

25 novembre 2016 | PAR La Rédaction

Les deux pigeons, roman d’Alexandre Postel et publié aux Editions Gallimard, incarne une génération libre mais en mal d’accomplissement. Un portrait désabusé qui manque parfois de souffle.

[rating=2]

Ils s’aiment en toute simplicité, goûtent à peine au petit Paris qui les entoure pour mieux s’ébrouer dans leur quartier du 12ème arrondissement. Théodore et Dorothée sont loin d’être extraordinaires mais ne font rien comme personne : ils ne veulent pas d’enfant et la stabilité professionnelle n’est pas leur but premier. Ces deux amants incarnent la génération de ceux qui arrivent à l’âge adulte pendant les années 2000, et pour lequel le capital économique importe peu, à la différence des générations qui les précèdent.

Version moderne des Deux Pigeons de La Fontaine, le roman d’Alexandre Postel porte, la concision en moins, une morale tout à fait proche : l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs, surtout dans le couple. En outre, le ménage semble être ici l’endroit d’un drôle de paradoxe : nos deux protagonistes affirment leur différence mais apparaissent parfaitement quelconques. Qu’ils changent leurs meubles de place ou qu’ils médisent sur leurs amis fraîchement installés en province, ces deux-là ne sont en réalité pas des parangons de liberté. D’ailleurs, ces contradictions se prolongent dans leur engagement politique. Ils suivent et participent aux grandes heures de la politique des années 2000 sans pour autant en incarner l’essence et la ferveur. Le romancier pointe ainsi avec douceur mais sans complaisance la vacuité d’une génération.

Pourtant, ce troisième et très sage roman n’est ni assez documentaire pour être didactique, ni assez cynique pour tenir en haleine. En somme, une peinture sociale juste mais qui ne parvient pas totalement à captiver malgré quelques traits d’esprit bien placés et une qualité de la langue exemplaire.

Alexandre Postel, Les deux Pigeons, Collection Blanche, éditions Gallimard, 19€, 240 pages.

Date de publication : 25 aôut 2016

Visuel : (c) DR

Adrien Leroy.

Une ronde de Schnitzler délicatement transposée à la Comédie Française
[Interview] Juliette, chanteuse en intégrale
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *