Fictions
[Chronique] Les matins du Bangalore ou la fresque sans concessions de la société indienne par Lavanya Sankara

[Chronique] Les matins du Bangalore ou la fresque sans concessions de la société indienne par Lavanya Sankara

16 octobre 2014 | PAR La Rédaction

Après son succès en tant que nouvelliste, notamment avec Le Tapis Rouge, Lavanya Sankaran s’essaie à l’écriture de roman, avec Les matins de Bangalore. Comme le titre l’indique, c’est toujours Bangalore, cette ville indienne en pleine ascension économique, que l’auteur, d’origine indienne, prend pour cadre de son récit.

 

Anand et Kamala vivent tous les deux à Bangalore. Mais le Bangalore qu’ils vivent au quotidien, n’est pas le même. Pour Anand, propriétaire d’une petite entreprise automobile en pleine expansion, tractations financières, calculs commerciaux et sorties mondaines, sur un fond de culture occidentale, font partie de son quotidien. Alors que pour Kamala, sa femme de ménage, dont la vie est justement rythmée autour de son travail, qui lui demande tout autant d’investissement, son quotidien est rythmé par ses disputes avec les autres employées de maison, la préparation des repas de son fils et ses prières au temple. Cependant, malgré le fait qu’ils évoluent à des extrémités totalement contraires dans la société, ce sont les mêmes mécanismes sociaux qui vont pousser dans leurs retranchements, le jeune entrepreneur et la veuve analphabète. L’un, dans sa volonté d’élargir son entreprise pour l’insérer dans le marché mondial, est confronté à la corruption. L’autre mise à la porte de chez elle, à cause de la modernisation de la ville qui se fait à l’issue de destruction de logements. Chacun de leur côté, ils vont chercher de trouver une issue à leurs soucis, pour conserver la place qu’ils se sont aménagée à Bangalore.

À la lecture de ce récit simultané de ces deux vies parallèles, un portrait de l’Inde d’aujourd’hui, entre modernité et traditions, se dessine. Révélant avec son regard d’économiste, les modalités dans lesquelles se fait la croissance économique, Lavanya Sankaran contribue avec ce roman, à nous rendre l’Inde plus familière.

Lavanya Sankaran, Les matins de Bangalore, éd. Liana Levi, p. 350. 15,99€

La liberté de la presse remise en question ?
[Live Report] Raphaël Pichon et l’ensemble Pygmalion fêtent la Saint Michel
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture