Fictions

Cette putain si distinguée, nouveau roman de Juan Marsé

Cette putain si distinguée, nouveau roman de Juan Marsé

25 janvier 2018 | PAR Marine Stisi

Les Editions Christian Bourgois publient Cette putain si distinguée, nouveau roman de l’espagnol Juan Marsé.

[rating=3]

En 1949, une sordide histoire vient secouer les mœurs dans les ruelles sombres de Barcelone. Une prostituée a été retrouvée morte dans une cabine de cinéma et le meurtrier n’est autre que le projectionniste lui-même, qui n’a d’ailleurs aucun mal à l’admettre. Il sait l’avoir tuée, il le dit mais par contre, il est incapable de se rappeler pourquoi, quelles furent ses motivations.

Quelques années plus tard, dans les années 80, un écrivain, double de l’auteur lui-même (ils possèdent les même romans et les mêmes passions…), est engagé pour tenter de reconstituer cette histoire en vue du tournage prochain d’un film dont le fait divers serait le noyau central.

Entouré de sa femme de ménage férue de cinéma (elle ne s’exprime qu’en répliques cultes) et qui n’hésite pas à interrompre l’avancée de sa documentation pour satisfaire sa curiosité, l’écrivain reçoit chez lui le meurtrier, depuis longtemps sorti de prison. Lors de longues après-midi chaudes, les deux hommes vont s’entretenir, l’écrivain pour tenter de comprendre les motivations de l’assassin. Et l’assassin tentant de délier les files de sa mémoire, files qu’il prétend être totalement embrouillés à cause de divers thérapies dans les années 50.

Réalité ou manipulation ?

L’écrivain et journaliste catalan Juan Marsé fait renaître, à la manière d’un Eduardo Mendoza, le Barcelone d’antan, ses ombres et ses excès, dans une histoire mystérieuse  et addictive qui, c’est le jeu, ne délivrera pas tous ses secrets. A nous, peut-être, de trouver nos propres réponses.

Juan Marsé, Cette putain si distinguée, Editions Christian Bourgois, 224 pages, 16€.

Date de publication : 25 janvier 2018-01-25

Visuel : © DR

Point d’infini de Laurent Laffargue à TNBA
Pavillon noir du collectif O’so au TnBA
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *