Essais
Robespierre par Georges Labica

Robespierre par Georges Labica

02 juillet 2013 | PAR Jean-Paul Fourmont

Philosophe, militant anticolonialiste et anti-impérialiste, Georges Labica a écrit de nombreux ouvrages sur l’histoire de la théorie marxiste. Il s’est notamment intéressé à la pensée d’Ibn Khaldoun, de Lénine et d’Antonio Labriola. A l’occasion du bicentenaire de la Révolution française, il avait écrit Robespierre. Une politique de la philosophie, ouvrage qui vient de faire l’objet d’une réédition chez La Fabrique.

G. LabicaUNE PENSÉE DE L’INEDIT
Ainsi que le rappelait en 1990 le professeur Georges Labica, Robespierre n’écrivit pas véritablement sur la Révolution, mais il la vécut, il fut emporté par son irrésistible mouvement et il lui sacrifia même son existence sur la roche tarpéienne. De l’aveu de Jacques Mallet du Pan, « la Révolution dévor[ait] ses enfants ». Le Montagnard ne fit point exception à cette funeste règle.

Les schémas de l’Incorruptible se singularisaient parce qu’ils étaient « une pensée de l’inédit », produite au moment même où elle se jouait. Tantôt à tâtons, parfois avec fulgurance, il s’agissait de maîtriser intellectuellement la spirale révolutionnaire en la théorisant et en s’efforçant de créer une sémantique appropriée. Au fil de ses discours, de ses articles et de sa correspondance, le parlementaire tenta de dévoiler les lignes forces de la cohérence de l’œuvre révolutionnaire. L’entreprise de Robespierre n’avait pas de précédent.

UNE POLITIQUE DE LA PHILOSOPHIE
Habilement, l’auteur restitue les linéaments de la pensée riche, féconde et solide du Jacobin. Pour lui, cela conduisit concrètement à la mise en place d’« une politique de la philosophie », puisque les actes de Robespierre étaient immédiatement responsables devant les principes, et vice versa. S’il admirait la pensée de Rousseau, le Jacobin n’était point un pur idéaliste définitivement perdu dans le monde des songes. A bien des égards, il sut au contraire faire montre de pragmatisme en demeurant attentif aux rapports de force.

Bousculé par les événements, il s’escrima tout de même à défendre le parti du peuple, de la démocratie et de l’égalité. Selon l’Incorruptible, la régénération du peuple français constituait une priorité absolue. Par ce biais, il s’agissait de rendre la cité unitaire. La France devait devenir « un noyau aussi pur que brillant, aussi solide que serré, et semblable au diamant débarrassé de la croûte qu’avait formé sur sa surface un limon amassé » (circulaire aux sociétés populaires de 1794, citée in J. Boudon, Les Jacobins : une traduction des principes de Jean-Jacques Rousseau, LGDJ, p. 569).

Robespierre souhaitait préserver et continuer la Révolution envers et contre tout, afin de créer le « boulevard de la liberté » dont il rêvait. Pour ce faire, éternel et pugnace défenseur de la cause du peuple, il recommandait de faire prévaloir – par la vertu et la terreur – « la masse des citoyens pure, simple, altérée de la justice et amie de la liberté » sur « le peuple babillard, charlatan, artificieux », parce que « tant que cette race impure existera, la République sera malheureuse et précaire ».

Comme le rappelle Georges Labica, avec courage, le Jacobin œuvrait in fine à la « jouissance paisible de la liberté et de l’égalité ; [au] règne de cette justice éternelle, dont les lois ont été gravées, non sur le marbre ou sur la pierre, mais dans les cœurs de tous les hommes, même dans celui de l’esclave qui les oublie, ou du tyran qui les nie ».

Avec cet ouvrage stimulant, l’éminente « dignité philosophique » de Robespierre lui est – enfin ! – reconnue.

Georges Labica, « Robespierre. Une politique de la philosophie », La Fabrique Éditions, 2013, 214 p., 10 euros.

Gérard Pipart, ambassadeur d’élégance chez Nina Ricci est décédé
Christian Salmon, La cérémonie cannibale
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture