Essais
« Osez le Polyamour » de Eve de Candaulie sort en version électronique à la Musardine

« Osez le Polyamour » de Eve de Candaulie sort en version électronique à la Musardine

18 avril 2020 | PAR Yaël Hirsch

Auteure de Troublante excitation (Tabou, 2019), Eve de Candaulie propose après Osez le Candaulisme un deuxième opus de la mythique collection « Osez » à la Musardine. Très documenté, à la fois d’essais et de références à la pop culture, clair et jamais normatif, son Osez le Polyamour est un essai parfait pour découvrir ce sujet. Et découvrir que le polyamour n’est pas qu’une question de sexe mais aussi une manière de réinventer certaines institutions de nos sociétés. 

Chiffres à l’appui, dès l’introduction, Eve de Candaulie rappelle que la monogamie est une exception dans nos sociétés qui date du temps de l’agriculture. Avec une ouverture et un refus de normer très agréablement marqué, estimant que l’on se découvre polyamoureux à 20 ans comme après une première partie de vie monogame, en réaction au divorce de ses parents, comme en écho à ses propres émotions, elle distingue bien entre l’adultère traditionnel qui a nourri notre imaginaire et nos œuvres à partir de l’interdit (et elle nous offre un magnifique dialogue du Bonheur de Agnès Varda !) et le polyamour.

N’hésitant pas à expliciter des concepts philosophiques importants (morale VS éthique, pouvoir vs puissance), elle cite pas mal de femmes qui s’affirment polyamoureuses comme la pionnière Françoise Simpère ou la blogueuse Hypatia from space, Stendhal comme Xavier Dolan, elle brise aussi le lieu commun qui lie polyamour et forte pulsion sexuelle : il y a des polyamoureux qui vivent sans sexe, citation d’un statut facebook à l’appui  : « Les gens croient  que le polyamour c’est : coucher avec tout le monde. Le polaymour en vrai c’est : se coucher seul mais texter quinze personnes par jour qu’on les aime et qu’on tient à elles ».

Explicitant les divers niveaux de relations en allant chercher du côté de la palette des émotions, Eve de Candaulie évoque aussi le lien entre féminisme et polyamour. Tout en livrant à temps son propre témoignage avec beaucoup de sincérité, elle  parvient à prendre en compte la diversité des émotions, des manières d’être polyamoureux (avec une relation centrale ou pas, à 2, 3 et N relations d’implications diverses…), de communiquer, aussi sur cette situation, et elle interroge la manière dont cette nouvelle vision des relations amoureuses vient résonner avec une tradition marxiste (Alexandra Kollontaï) ou utopiste (Fourier) pour mettre en cause certaines structures de notre société. Le « polycule » ou la structure créée par les polaymoureux prend mille formes, et chacune trouve son propre équilibre…

Référencé (passionnantes notes de fin de chapitre), documenté, très bien structuré et prônant réellement la liberté de choix et d’être, ce petit guide Osez est une source formidable d’information, qui donne à réfléchir. Chapeau!

 

Eve de candaulie, Osez le Polyamour, La Musardine, 160 p., sortie le 8 avril 2020. Disponible en format epub à 4,99 euros.

L’interview confinée de David Kadouch : « Je ne peux m’imaginer faire autre chose en ce moment »
« Vanda » : Marion Brunet entre mer et maternité chez Albin Michel
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *