Essais
Montgomery, « l’artiste des batailles Antoine Capet »

Montgomery, « l’artiste des batailles Antoine Capet »

23 mai 2014 | PAR Jean-Paul Fourmont

Antoine Capet professeur de civilisation britannique à l’université de Rouen a soutenu son doctorat d’état sur le poids des années de guerre en grande Bretagne ( entre 1931 et 1951). Il a publié également une nouvelle traduction des mémoires de la grande guerre de Churchill, et nous présente un travail sur MONTGOMERY.

sans-titre (3)

L’ARTISTE DES BATAILLES

Etonnant destin que celui de Bernard Law Montgomery, fils de pasteur qui préfère le sabre au goupillon reçoit une balle dans le poumon en 1914, et échappe d’extrême justesse à la fosse
commune , devient par défaut en 1942 le commandant de la 8 ème armée et le grand vainqueur d’El alamein pour ensuite diriger les forces terrestres alliées lors du débarquement de Normandie et capturer le successeur d’Hitler au cœur de l’Allemagne.
Ajoutons que ce grand excentrique a été l’homme le plus décoré par son pays après Winston Churchill.

INSTRUIRE POUR VAINCRE

C’était l’officier général le plus controversé de l’armée britannique.
Il était considéré comme une sorte de matamore.
Engagé dans le bourbier irlandais, il fera preuve d’une certaine retenue dans sa lutte contre les indépendantistes irlandais (ira).

UNE RENCONTRE DECISIVE AVEC CHURCHILL

Le 2 juillet 1940, il rencontre Churchill et il rapportera dans ses mémoires lors de l’entretien :
« Il (Churchill) me demanda ce que je voulais boire avec mon repas et je répondis : de l’eau.
Cela le surprit. J’ajoutais que je ne buvais et ne fumais jamais et que j’étais en forme à cent pour cent.
Sur quoi il me répondit du tac au tac qu’il buvait et fumait toujours, et qu’il était en forme à deux cents pour cent ! »

EPEE DE JUSTICE

Durant la fin de l’hiver, Montgomery (surnommé Monty) rendait visite à un maximum de troupes possible.
Il haranguait aussi les cheminots, les ouvriers des usines d’armement en leur expliquant l’importance de leur participation à l’effort de guerre.
Il insistait sur l’importance symbolique de «  l’épée de justice » issue de la conception médiévale du monarque de droit divin.
Il voulait fusionner les ouvriers et les soldats en une seule équipe pour vaincre les allemands.
Pour certains, Monty ressemblait au roi Henri V d’Angleterre haranguant ses troupes la veille d’Azaincourt (défaite cruelle pour la France, pendant la guerre de cent ans contre les anglais).
Ce discours a été immortalisé par Shakespeare.
Pour beaucoup c’était «  un homme compliqué ».

Ce livre est une réussite.
C’est plus qu’une biographie, c’est un opuscule qui montre l’influence de ce meneur d’hommes hors pair, sur le cours de la seconde guerre mondiale.
Ce travail est complété par des photographies et des cartes.
Bravo, car il y a peu d’ouvrages français sur le maréchal Montgomery.

Montgomery, l’artiste des batailles Antoine Capet, mai 2014, éditions Perrin, 388 pages, 23 euros.

Cannes, Jour 9 : bienfaisante Australie, ratage britannique, horreur réjouissante à la Quinzaine et abordage à Monaco
« Réenchanter le Monde » : la nouvelle exposition pleine d’espoir de la Cité de l’Architecture
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

One thought on “Montgomery, « l’artiste des batailles Antoine Capet »”

Commentaire(s)

  • Reger

    Un commentaire qui sent bon le « j’ai juste lu la 4ème de couverture et feuilleté le livre quelques instants »… Peut-être un retour d’ascenceur vers l’auteur / l’éditeur…?

    mai 24, 2014 at 12 h 09 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture