Essais
« je suis un artiste engagé », visions de Pierre Desproges

« je suis un artiste engagé », visions de Pierre Desproges

14 juin 2014 | PAR Jean-Paul Fourmont

Ancienne élève de l’école normale catholique, Florence Mercier Leca, maître de conférences à l’université de Paris Sorbonne, et Anne- Marie Paillet maître de conférence à l’école normale supérieure avec des contributions d’autres universitaires publient un travail collectif sur l’humour, le style, l’humanisme du regretté Pierre Desproges.

[rating=4]


RIRE DE TOUT
Ce livre, alors qu’a été relancée la polémique sur Dieudonné, se penche sur l’œuvre d’un humoriste qui semblait pouvoir rire de tout.
Rire de tout, mais pas n’importe comment, ni avec tout le monde.
Pierre Desproges (1939 1988) n’avait pas seulement un style d’humour, il avait un style.
Il a renouvelé la manière d’aborder les sujets tabous (la religion, la mort, l’antisémitisme)
Avait-il un humour de droite, ou s’inscrivait-il dans la lignée de nos moralistes en « artiste dégagé » ?
Lui-même se définissait comme un « écriveur ».
Ses qualités littéraires, son amour de la langue, de la phrase, son aptitude à manier le second degré et l’autodérision, son art de débusquer les clichés méritaient qu’on l’étudie.
Cela révèle un auteur à la fois « grammairien », et humaniste.

DES FORMULES CELEBRES
Pierre Desproges a dit » au lieu de vous emmerder à lire tout Sartre, achetez Minute : pour dix balles, vous aurez la nausée et les mains sales », et aussi « la robe de l’épagneul breton est rouge feu et il lui en suffit d’une » et encore » je suis possédé par un berger allemand » et pour finir « on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ».
UN STYLE INIMITABLE

L’ironie surgit d’abord du rapprochement d’univers qui sont censés ne pas se toucher, elle est ensuite renforcée d’association en association.
Cet ouvrage savant permet de faire le point sur l’évolution de l’humour dans la société.
Pierre Desproges a laissé beaucoup d écrits et même des images télévisées qui sont devenus
cultes comme Le petit rapporteur (qui était diffusé le dimanche avec Jacques Martin, et notamment une interview célèbre de Françoise Sagan), et des sons radiophoniques avec le tribunal des » flagrants délires » sur France Inter(le midi de Claude Villers), où il jouait le rôle de procureur (accusateur).
Il n’était ni de droite, ni de gauche, mais très pessimiste pour la politique (non comme BEPPE GRILLO en Italie, bien entendu ce clown triste).
C’était jadis.

Florence Mercier Leca et Anne Marie Paillet (dir.), Je suis un artiste dégagé, Pierre Desproges, éditions rue d’ULM, 168 pages, mai 2014, 16 euros.
visuel : couverture du livre

[INTERVIEW] Marrakech du rire, 4 : rencontre deYounes et Bambi avant leur « Two man show »
« Dans la république du bonheur » de Martin Crimp aux Subsistances de Lyon
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture