Humour
[INTERVIEW] Marrakech du rire, 4 : rencontre deYounes et Bambi avant leur « Two man show »

[INTERVIEW] Marrakech du rire, 4 : rencontre deYounes et Bambi avant leur « Two man show »

14 juin 2014 | PAR Sébastien Marciano

Jeudi 12 juin 2014 11h30 au Lounge du Sofitel de Marrakech, nous rencontrons Younes et Bambi, l’un des seuls duo d’humoristes à se produire au Marrakech du Rire 4 . Ils ne se connaissent que depuis 2 ans, mais l’on pourrait croire qu’ils ont grandi ensemble. L’un est apprêté d’une casquette à leur initiales, l’autre portant fièrement le maillot du PSG. L’an passé, ils ont fait carton dans la seconde salle du Gymnase avec leur spectacle L’Arabe et le Juif. Une explosion de fraîcheur s’abat sur la ville des rois. A voir à partir de ce soir sur le scène du Palais Badil de Marrakech… avec 3000 personnes!

younesbambipicToute la culture : Younes et Bambi, ce soir vous êtes sur scène au Palais Badil avec la troupe du Jamel Comedy Club. Le sketch que vous allez jouer est-il tiré de votre Two man show parisien ou a-t-il été écrit spécialement pour le Marrakech du rire ?

Younes & Bambi : il s’agit effectivement d’un petit medley d’une quinzaine de minutes de notre spectacle, avec quelques petites vannes prévues spécialement pour Marrakech, le tout dans le but d’une interaction avec le public. Ce sketch à été joué plusieurs fois au Comedy Club. Jamel l’a vu, l’a apprécie dès le début et nous avons la chance d’obtenir l’invitation au festival international du rire .

TLC : Votre spectacle s’appelle L’Arabe et le juif . On parle beaucoup de l’humour juif mais comment qualifierez vous culturellement l’humour arabe ?

YB : C’est sans doute le meilleur, mais c’est surtout l’humour sémite en général qui est apprécié du grand public.

TLC : Sans rentrer dans les stéréotypes, si on vous considère respectivement comme des ambassadeurs de « l’humour arabe » et de « l’humour juif », sur quels points vous retrouvez-vous et sur quels points vous différenciez-vous ?

YB : Nous avons le même délire tout simplement. En ce qui nous concerne, nous ne revendiquons aucun type d’humour mais arrivons sur scène tels que nous sommes et c’est de cette manière qu’on arrive à prendre du plaisir.

TLC : Parlons maintenant du contenu de vôtre spectacle à Paris. Est-ce votre premier spectacle et comment s’est passée l’écriture ?

YB : Il s’agit en effet de notre premier spectacle, qu’on joue depuis 1 an et demi (ndlr : il se produiront de nouveau dès le mois d’Octobre au théâtre du Gymnase). En ce qui concerne l’écriture ,cela part toujours de délires que nous avons tous les deux. Nous sommes également entourés par une très belle équipe notamment les co-auteurs Hafid Bellazaar et Fonzie Meatoub.
En ce qui concerne le contenu du spectacle, il se modifie continuellement selon la réception qu’en a le public. On essaie tout le temps de l’améliorer et c’est pourquoi celui qu’on jouera ce soir est totalement différent que celui d’il y a un an. Notre duo a aussi évolué avec ce spectacle et on peut dire que l’on a pris de la bouteille.

TLC : Le message que vous voulez faire passer au public est-il de déconstruire les préjugés généraux entre juifs et arabes. Ou s’agit-il plutôt de raconter votre histoire personnelle ?

YB : On essaie de mettre en évidence le fait que toutes nos différences nous rapprochent et qu’on n’a pas autant de différences que l’on veut nous faire croire. On mange les mêmes plats, on fait les mêmes mariages (rires). Au final, il n’y a pas d’arabe, pas de juif, mais juste deux potes qui s’amusent sur scène, en laissant la politique aux portes du théâtre.

TLC : Sujet d’actualité par rapport au duo Elie et Dieudonné : Pensez vous que l’on peut rire de tout et quelles limites imposez-vous dans le spectacle ?

Younes : Comme disait Desproges, « On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui »
Bambi : Et comme a dit un grand monsieur, « On peut rire de tout à partir du moment où c’est drôle ». On traite de tout les sujets sans tabou, en envoyant des petites piques mais tout le monde en prend pour son grade, du terrorisme à la Shoah, le but c’est que cela nous fasse avant tout rire. On est conscient que certaines vannes ne vont pas plaire à quelques personnes dans l’auditoire, mais du moment que la majorité de la salle apprécie, aucune raison de se censurer .

TLC : Question bateau mais comment Younes et Bambi se sont-ils rencontrés ?

YB : (rires) C’était il y a exactement deux ans et demi, le 12 Mars 2012 à Paris, au commissariat du 5ème arrondissement.
Younes : Pour ma part, je me suis fait contrôler sans papiers, donc direct au poste. Bambi : Quant à moi, c’est à cause d’une histoire en boîte qui a mal tourné. On s’est retrouvés dans la même « cellule » puis on a discuté et on s’est rendu compte que tous les deux on faisait un petit peu de scène, à l’époque chacun de son coté. On est rentré dans le même délire qui dure depuis deux ans .

Pour plus d’infos retrouvez Younes et Bambi sur leur Page facebook et dès Octobre 2014 au Théâtre du Gymnase de Paris .

Eric Dussault raconte l’invention de Saint-Germain des Prés
« je suis un artiste engagé », visions de Pierre Desproges
Sébastien Marciano

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture