Essais

« Il faut négocier l’universel » : Yaël Hirsch parle de son essai « Rester juif » sur Akadem

« Il faut négocier l’universel » : Yaël Hirsch parle de son essai « Rester juif » sur Akadem

09 janvier 2015 | PAR La Rédaction

Ruben Honigman reçoit sur le plateau d’Akadem la fondatrice de Toute la Culture, Yaël Hirsch, par ailleurs enseignante à Sciences Po et docteur en science politique, pour évoquer la question de la conversion religieuse qui habite son essai « Rester Juif? » paru avant Noël aux éditions Perrin.

Pour voir cette interview sur Akadem, cliquez ici.

En partenariat avec akadem

akadem-lofoA travers le format vidéo, Akadem creuse tous les sujets de religion, d’histoire et de culture juive; cette plateforme maligne et profonde est une véritable encyclopédie dont la réalité augmente chaque jour, à travers des magazines d’actualités, l’explication de la Torah de la semaine et de nouvelles entrées historiques, philosophiques ou religieuses. Akadem dispose également de l’agenda le plus exhaustif concernant les savoirs tournant autour du judaïsme. Nous vous enjoignons d’ailleurs à aller immédiatement surfer sur leur article dédié à cette interview, afin de mesurer combien leurs découpages et leurs notes explicatives sont à la fois ludiques et pratiques.

visuel : capture d’écran

Les Anonymous veulent venger l’attentat contre Charlie Hebdo
Playlist de la semaine (pour Charlie)
La Rédaction

One thought on “« Il faut négocier l’universel » : Yaël Hirsch parle de son essai « Rester juif » sur Akadem”

Commentaire(s)

  • Bonjour Yaël,

    Après avoir suivi votre interview sur Akadem, je suis en train de lire votre livre: Rester juif?

    Votre sujet c’est la conversion des intellectuels. Que des hurluberlus et/ou des malades mentaux choisissent la conversion au christianisme n’a d’intérêt – à mon avis – que biographique, mais qu’il puisse s’agir d’un Bergson… cela me paraît incompréhensible!

    Cependant le titre de votre ouvrage aborde une question bien plus vaste et c’est à ce titre que je serais heureux d’en échanger avec vous!

    Tout de suite un témoignage: dans ma famille paternelle, le niveau de la pratique « religieuse » juive était proche de zéro. Pour autant: ni athées, ni sionistes. Pour ce qui est de la différence entre Juifs et chrétiens, on m’a expliqué que les Juifs ne boivent pas et ne battent pas leur femme. Mais il n’était pas question ni de se convertir (à quoi que ce soit), ni de changer notre nom de famille! Disons par solidarité avec nos frères persécutés. Cela n’a pas empêché mon père et un de ses deux frères de mourir victimes de l’Holocauste.

    Mon père avait une cousine. Elle et son mari s’étaient convertis au catholicisme avant même leur mariage. Ils avaient des croix aux murs et deux enfants de mon âge qui allaient à l’école chez les soeurs. Bons catholiques (et donc plus ou moins antisémites), ils ne devaient même pas savoir qu’il y avait des Juifs dans la famille. Or, un beau jour, une nouvelle loi anti-juifs, pour être exempté des mesures touchant les Juifs, fixait une nouvelle date limite antérieure à la conversion des parents et les chers petits devaient désormais porter l’étoile jaune! No comment!

    J’ai encore beaucoup de choses à dire à ce sujet mais cela suffit pour aujourd’hui.

    Bien à vous, chère Yaël,
    Pierre

    juillet 16, 2015 at 15 h 32 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *