Beaux-Livres
« Depeche Mode » by Anton Corbijn 81-18 : un magnifique ouvrage d’art rock !

« Depeche Mode » by Anton Corbijn 81-18 : un magnifique ouvrage d’art rock !

18 juillet 2021 | PAR Jean-Christophe Mary

Fort de 500 clichés pour la plupart inédits, cet ouvrage à grand format est conçu comme une plongée dans l’essence même l’univers de Depeche Mode. Trente-cinq années d’images que Reuel Golden, ancien rédacteur en chef du British Journal of Photography, a réuni dans ce pavé de 3,7 kg .

L’ère new wave aura été marqué par le groupe britannique Depeche Mode, formé en 1979 par Andrew Fletcher, Martin Gore et Vince Clarke, rejoint par le chanteur Dave Gahan. Leur carrière explose avec « Just Can’t Get Enough » (1981) et se confirme 3 ans plus tard avec le tube planétaire « People Are People ». Leur synthpop plait au public qui s’arrache le tube « Personnal Jesus » tiré de l’album à succès,« Violator », en 1990. Malgré le départ du clavier Alan Wilder (1995), les disques continuent de sortir à la chaine quand les stades affichent complets tout au cours de tournées mondiales. Durant un peu plus de quatre décennies, de 1980 à 2021, Depeche Mode aura ainsi dynamité les canons de la new wave pour lui insuffler une bonne dose de rock de pop electro aux sonorités industrielles sur des rythmiques dance.

Des cheveux longs ou gominés courts, des manteaux et blouson de cuir aux tatouages et bijoux, le rocker barbu Dave Gahan invente aussi l’imagerie de DM. Depuis 1986, le photographe, vidéaste et réalisateur néerlandais Anton Corbijn a mis son esthétique intemporelle et sombre pour façonner l’univers graphique du groupe anglais. Documents d’époque, images d’archives inédites, photos en noir en blanc splendidement éclairées, pochettes aux couleurs et graphismes stylisés, on découvre au fil des 512 pages de l’ouvrage à grand format, les petites anecdotes qui entourent la réalisation des clips, interviews promo et concerts. Les légendes manuscrites de l’auteur permettent de comprendre comment ces images esthétiques qui englobent toute l’iconographie de DM (photos, clips, graphisme des couvertures d’album, décors, scénographie des tournées) ont su capter l’essence de la musique et ont aidé à bâtir la popularité du groupe.

Ainsi on mesure l’importance du travail sur le succès du groupe quand Anton Corbijn les shoote en studio à Milan en mai 1989 en concert au Luxembourg (2009) ou les emmène poser dans le désert près de Los Angeles (aout 1990). On retrouve des portraits officiels, d’autres plus intimes saisis à Madrid, à Hambourg, dans le désert californien, à Prague ou à Marrakech (souvent prises sur le tournage de clips emblématiques comme «Enjoy the Silence» et «Personal Jesus»). La sélection est intéressante car ces clichés sont tous des instantanés, pris sur le vif en studio ou sur scène au cours des tournées. De sublimes images complétées ici par des croquis et des dessins réalisés pour la scénographie des concerts et les couvertures d’album, le tout accompagné d’un long entretien avec le photographe. Un ouvrage passionnant qui célèbre une des collaborations les plus riches et durables de l’histoire du rock.

Depeche Mode by Anton Corbijn, Relié, 24,3 x 34 cm, 3,67 kg, Taschen

XL, 512 pages, 100 euros. visuels : couverture et pages du livre

Une femme en pièces : Mundruczó en 16/9 au Festival d’Avignon
L’exposition « Paradoxa » d’Alejandro Cardenas s’invite à la galerie Almine Rech
Jean-Christophe Mary

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture