Séries
« Une si longue nuit », une série française au suspens haletant

« Une si longue nuit », une série française au suspens haletant

30 janvier 2022 | PAR Ilan Lévy

Actuellement sur TF1, les jeudis soirs et en replay, Une si longue nuit et son casting de rêve (Jean-Pierre Darroussin, Mathilde Seigner, Zinedine Soualem…) est une adaptation réussie de Criminal Justice, la série de la BBC, transposée à Marseille.

Une bonne intrigue

Alors qu’il est un étudiant en pleine réussite, Sami doit se rendre à une soirée étudiante retrouver ses amis. Abandonné par son meilleur ami, qui doit s’occuper de sa mère, il choisit d’emprunter sans autorisation le taxi de son père pour s’y rendre.

Il traverse Marseille en pleine nuit dans son taxi quand surgit Gloria. Apeurée, lunaire, elle semble sous l’emprise de drogue, et souhaite aller à la mer. Commence entre Sami et Gloria, une aventure qui finit par la mort de la jeune fille, sauvagement assassinée chez elle après avoir passé la nuit avec Sami, sous très forte emprise de drogue et d’alcool.

Un coupable tout trouvé

Sami ne se souvient plus de rien et se retrouve le principal et unique suspect de cet odieux meurtre. Le jeune acteur, Sayyid El Alami, est la révélation de la série. Il incarne à merveille les ambiguïtés de son personnage entre innocence et culpabilité d’un jeune garçon pris dans la tourmente judiciaire et carcérale.

Fils de famille modeste d’origine maghrébine, Sami, asthmatique, est incarcéré rapidement dans une prison, confronté aux rivalités internes de ses gangs. Plusieurs fois tabassé, il va devoir choisir entre le gang des islamistes, le gang de suprématistes blancs et autres protecteurs, dont certains trafiquants de drogue dans l’enceinte de la prison.

En parallèle, la police confirme sa culpabilité, d’autant qu’il a menti à beaucoup de monde notamment sa famille ; il n’est plus l’étudiant studieux qu’il prétendait être. Seule son avocate, la toujours géniale Mathilde Seigner, fantasque et désabusée, jouissant d’une très mauvaise réputation, croit en lui. La situation se complexifie car elle est l’ancienne maitresse du commissaire qui mène l’enquête à quelques jours de sa retraite. Pour ce rôle de commissaire en fin de course, faussement gentil, Jean-Pierre Darrousin démontre l’étendue de son talent en fermant toutes les pistes qui mènent à l’innocence de Sami.

L’avocate découvre les failles de l’enquête et surtout le passé trouble de Gloria.

Alors que tout l’accuse, l’avocate, choisie contre l’avis de la famille, va-t’elle parvenir à découvrir la vérité ?

La scène de la reconstitution de ce crime abject dans l’épisode 4 vaut à elle seule le détour.

Une série de qualité…de facture classique

L’intrigue de la série est rondement menée, le suspens reste entier. Elle aborde de manière crue la vie en prison, la saleté, la promiscuité, la violence des gangs pour un jeune homme de 19 ans presque sans histoire. La production a su mettre les gros moyens avec des acteurs de premier plan, Jean-Pierre Darroussin, Mathilde Seigner, et Zinedine Soualem, le père de Sami, prévenant et persuadé de l’innocence de son fils. Les seconds rôles comme Antoine Dulery, le « vieux », compagnon de cellule de Sami et Samira Lachhab, la mère se Sami, apportent crédibilité et justesse à cette histoire à suspens et rebondissements. TF1 a, comme souvent, limité les risques en adaptant à la française la série britannique Criminal Justice, qui a déjà été adaptée aux Etats Unis avec John Turturro.

Une si longue nuit, de Nicolas Clément & Clothilde Jamin, 6X52 min, adaptée de la série originale Criminal Justice de Peter Moffat sur BBC. Réalisation : Jérémy Minui. Les jeudis soirs du 21 janvier au 3 février puis en Replay sur le site de streaming de TF1

visuel (c) Affiche

Deux jours au Festival Premiers Plans d’Angers : Deuxième journée
« L’amour (presque) parfait » : une série réussie sur les rapports entre hommes et femmes, du point de vue des femmes
Ilan Lévy

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture