Cinema
[Semaine de la critique] « Sleeping Giant » : parcours initiatique de l’adolescence

[Semaine de la critique] « Sleeping Giant » : parcours initiatique de l’adolescence

15 mai 2015 | PAR Eponine Pastel

La compétition de la 54e semaine de la critique s’est ouverte par le film Sleeping Giant. Sept premiers ou deuxièmes films sont en compétition. Charles Tesson a brièvement présenté sa sélection suivie d’une présentation de Sleeping Giant par le réalisateur, Andrew Cividino et son équipe.

[rating=3]

Un été, Adam se lie d’amitié avec Riley et Nate. La révélation d’un secret douloureux oblige Adam à agir de façon irréversible. Un événement qui mettra à l’épreuve leurs liens d’amitié et les changera définitivement.

Andrew Cividino filme avec justesse ces trois jeunes adolescents. Perdus, dans une nature envoûtante et luxuriante, les trois amis se cherchent, se trahissent et se perdent dans l’étourdissement de leur jeunesse. Le cinéaste filme l’adolescence dans son intemporalité : les instants de fusions, les trahisons, les menues étrangetés, l’angoisse de la norme…Les rires fusent et s’évanouissent dès lors que la nature reprend ses droits. Instinctive, sauvage, leur amitié lutte pour être plus indéfectible que la réalité et le quotidien qu’ils découvrent toujours plus trompeur. Les modèles d’hier, ne sont que des pantins qui les entraînent dans l’âge adulte ou dans une douce et amère folie qui figera à tout jamais ces instants d’été. Âpre et farouche, ce film est à la croisée de Sa Majesté les mouches et Stand by me. La nature domine, l’émotion s’agrippe aux visages des personnages, et la mort rôde dans cet été crépusculaire.

L’adolescence est donc une nouvelle fois mise à l’honneur dans un premier film auquel il est quand même possible de reprocher quelques facilités allégoriques et des procédés narratifs et esthétiques de temps à autre lourd et appuyés ; qui nous empêche alors de nous laisser submerger et nous laisse sur des impressions de déjà vus. Toutefois, Andrew Cividino révèle un sens de l’iimage, un grand sens de la direction d’acteurs qui reste extrêmement prometteuse. Les trois jeunes adolescents sont crédibles d’un bout à l’autre film et livrent une interprétation tout en subtilité.

Sleeping Giant d’Andrew Cividino avec Jackson Martin, Reece Moffett, Nick Serino. durée : 1H29 Canada.

Retrouvez tous les films de la section Un certain regard dans notre dossier Cannes

Visuel : (c) DR

[Compétition] « The Lobster » : un casting de rêve pour un cauchemar réussi par Yorgos Lanthimos
Les soirées du week-end du 15 mai
Eponine Pastel

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *