Cinema

Rapport 2017 du Laboratoire Femmes de Cinema : des politiques européennes proactives et de plus en plus de jeunes réalisatrices

Rapport 2017 du Laboratoire Femmes de Cinema : des politiques européennes proactives et de plus en plus de jeunes réalisatrices

19 décembre 2017 | PAR Yaël Hirsch

A l’occasion de la 9e édition du Festival du film européen des Arcs, le rapport publié l’an dernier (lire notre article) sur la place des femmes réalisatrices a été actualisée. En 2016, on a passé le cap de 1 réalisatrice pour 5 films sortis en Europe, chiffre légèrement en hausse par rapport a 2015.

Selon le rapport du Laboratoire « Femmes de cinéma », actualisé cette année, en partenariat avec l’association Deuxième Regard et Sisley, et présenté au Festival du Film Européen des Arcs, il y a eu 20,4 % de films réalisés par des femmes en Europe en 2016 (contre 19,4% en 2015). Une hausse qu’il faut encore réévaluer à l’aune du dynamisme des jeunes « générations » de réalisatrices, puisque les femmes de Cinéma « installées » étaient extrêmement rares et que les nouvelles venues (celles qui en sont au deuxième ou troisième films) représentent une proportion plus grande (23,1% sur la période 2012-17 contre 15,8 % pour les réalisatrices plus « capées »).

L’étude souligne l’efficacité de plusieurs types de politiques mises en place pour encourager les femmes à prendre la caméra. Si la méthode des quotas reste la plus efficace, propulsant la Norvège et la Suède au top de l’observatoire européen avec la parité presque atteinte, la parité dans les comités de subventions, de financement ou d’aide (autant de femmes que d’hommes pour décider) est aussi de plus en plus répandue, ainsi que l’idée de « hiérarchisation » des dossiers en tenant en compte le nombre de femmes impliquées dans la création d’un film. Si les pays d’Europe de l’Est, sont encore très peu concernés dans les politiques d’aide aux femmes qui veulent faire du Cinema, à l’Ouest, les initiatives comme le Laboratoire « Femmes de Cinéma » sont de plus en plus nombreuses. Dans la plupart des pays se multiplient les plateformes d’idées où les réalisatrices peuvent venir puiser du soutien, de l’énergie et du dialogue avec des femmes et des hommes qui « veulent faire bouger les lignes » en multipliant les échanges sur des concepts et des pratiques efficaces. Le Lab « Femmes de Cinéma » actualise chaque année son rapport sur les jeunes réalisatrices et organise 6 ateliers, sources de réflexion et d’action sur le sujet.

Photo : Hiram Haq recevant le Prix Sisley / Laboratoire Femmes de Cinéma pour La Mauvaise Réputation. Compte instagram de la réalisatrice. 

Le théâtre du Châtelet lance un appel aux dons
La sauvagerie du supermarché -Zombie
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *