Cinema
Poétique du Yiddish d’après Nurith Aviv

Poétique du Yiddish d’après Nurith Aviv

09 février 2020 | PAR David Rofé-Sarfati

Nurith Aviv poursuit son travail de recherche sur le langage, cette fois en un documentaire témoignage de l’actuel du Yiddish langue populaire mais littéraire, ancienne mais vivante. La réalisatrice trace son sillon avec un talent confirmé pour le cadre et la tension narrative.

 

Le « Yiddishland » n’était pas un pays mais une langue. Les protagonistes de mon film, certains juifs, d’autres non, se déplacent eux aussi entre les pays et les langues.  Nurith Aviv

Nés aux États-Unis, en Israël, en Belgique, en France, en Russie, en Pologne ou en Lituanie, sept jeunes gens racontent leur histoire personnelle percutée par la découverte du yiddish. À travers l’œuvre de poètes de l’entre-deux-guerres, ils nous dévoilent la puissance et l’éclat de cette poésie dont les mots n’appartiennent pas seulement à un passé juif mais leur permettent de s’installer dans leur  présent. La langue qui fut celle de l’exil et de la mort, qui fut dénigrée et parfois rejetée par le jeune état d’Israël qui n’y voyait que la langue des victimes,  apparaît à nouveau émergente et vivace dans son expression confiante d’un dialogue avec plusieurs autres idiomes.

La langue Yiddish  est une langue inestimable qui se révèle là comme une contingence unique d’exprimer une pensée, un humour et une description du monde. Alors qu’elle ne contient que 10 % d’hébreu, cette langue déclinée de l’allemand échappe sous nos yeux au simple jargon pour devenir appareil d’un paradigme. Les poèmes déclamés tout au long du film constituent la trame émotionnelle et esthétique de l’expérience du spectateur (on souhaiterait emporter avec nous le recueil de ses textes  et leurs traductions). 

Nurith Aviv  nous transporte de Paris à Vilna en passant par Tel-Aviv Berlin ou Varsovie, et nous mène , au fil des digicodes, à la rencontre de personnes merveilleuses en  des lieux de recherche confidentiels. Un voyage que seule la réalisatrice curieuse  et polyglotte sait organiser.

 

Yiddish

de Nurith Aviv 

Au cinéma  le mercredi 11 mars 2020

 

Visuel: Affiche

 

 

Black Pumas, carton plein pour L’Alhambra !
A Roubaix, le point de croix se métamorphose en arme de résistance
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

One thought on “Poétique du Yiddish d’après Nurith Aviv”

Commentaire(s)

  • Regine Friedmann

    J’ai eu le plaisir de rencontrer plusieurs acteurs de ce film il y a 2 ans lors d’1 colloque organisé par le Medem en Grece. J’habite à Bruxellles. Serai a Paris du 26/2 au 1/3. Comment pourrais-je voir ce film ? Qui sort le 11/3. (1 DVD ?) Me rendre quelque part ? A vous lire. Merci d’avance.

    février 10, 2020 at 17 h 04 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *