A l'affiche
« L’Envolée », de Eva Riley : un premier film prometteur

« L’Envolée », de Eva Riley : un premier film prometteur

07 juillet 2020 | PAR Julia Wahl

Le court-métrage Patriot, d’Eva Riley avait été à sélectionné à Cannes en 2015. Son premier long-métrage, L’Envolée, sort en salles le mercredi 8 juillet. Il nous raconte les espoirs et les déceptions de Leigh, adolescente de la banlieue de Brighton.

Les mésaventures d’une adolescente

La jeune fille s’est mise à la gymnastique l’an passé, conquise par ces enchainements qui lui permettaient d’oublier un réel trop lourd, entre la mort de sa mère et l’absence de son père. Pourtant, depuis, les choses ont changé : ses partenaires de gym lui paraissent toutes plus belles et plus douées. Et, surtout, passent leur vie à se moquer d’elle. Un quotidien maussade chamboulé par l’arrivée d’un grand-frère, Joe, qui l’initie avec bonne humeur au petit brigandage.

Un jeu avec les attentes du genre

Tous ces éléments semblent enfermer le film dans le seul genre du film social britannique, où le sport et la danse sont la seule échappatoire des adolescents. De fait, Leigh rêve de gagner une compétition qui lui permettra d’aller à Leeds et de quitter sa banlieue, son père et ses bières. Toutefois, le film montre au contraire un sport ambivalent, à la fois lieu d’oubli et de crainte, où le harcèlement adolescent s’épanouit sans mauvaise conscience.

L’arrivée inopinée du grand-frère est traitée avec légèreté, sans pesanteur psychologique. Le nouveau couple que Joe forme avec Leigh est présenté comme un fait, une source de liberté à saisir. Une liberté accompagnée avec justesse par les deux jeunes acteurs, Alfie Deegan (Joe) et Frankie Box (Leigh), totalement amateurs. Quant au brigandage, il est lui-même dépeint sans jugement, objet de joie et de jeu. Aussi les paysages sont-ils lumineux, volontiers filmés en plans larges, dans une campagne anglaise où l’on aime à se perdre.

Visuel : © Laurie Sparham

Concert solidaire pour la réouverture de l’Opéra Garnier
MaMA Festival 2020 : Première partie de la programmation dévoilée
Julia Wahl
Professeure de lettres durant dix ans, chargée de production de diverses compagnies de danse ou de théâtre, chargée d'action culturelle et des relations publiques... Tout ce qui a trait à la promotion de la culture et au développement de ses publics me passionne. Parce que l'on ne peut voir un spectacle sans vouloir transmettre ses émotions, je chronique régulièrement le cinéma, le théâtre et la politique culturelle pour Toute la Culture.

One thought on “« L’Envolée », de Eva Riley : un premier film prometteur”

Commentaire(s)

  • Akiqoiw

    L’année dernière, j’ai lu le https://frenchstream.video/ livre du même nom de la collection de classiques du monde et, enfant, j’ai regardé un vieux film, et maintenant j’aimerais vraiment voir une nouvelle version de cette histoire instructive

    juillet 24, 2020 at 13 h 29 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *