Danse

Louise Lecavalier en très grande forme

Louise Lecavalier en très grande forme

17 mars 2011 | PAR Alienor de Foucaud

Sous la direction chorégraphique de Nigel Charnock et Édouard Lock, la danseuse canadienne Louise Lecavalier est de retour sur scène. Après deux enfants et une opération de la hanche, elle renoue dans ce programme avec sa nature profonde en deux pièces : Children et A Few Minutes of Lock. Deux solos langoureux dans lesquels la « tornade blonde » refait surface, avec brio.

 

 

Louise Lecavalier confesse aimer danser dans des conditions extrêmes, au bord du gouffre et à toute vitesse. Depuis Businessman in the Process of Becoming an Angel, en 1983, qui lui vaut un prix Bessie à New-York, la danseuse n’a cessé de confirmer son talent en repoussant ses limites. Pour la pièce de Charnock, elle n’hésite pas à manier des bâtons d’aïkido et à s’exercer à la gigue irlandaise. Sa danse se veut spontanée, franche et humaine, à l’image de ces deux chorégraphes, véritables performers de l’instant, mêlant à la création, une large part d’improvisation.

En duo avec les danseurs Keir Knight et Patrick Lamothe, la danse se fait charnelle et voluptueuse. Un sentiment de lâcher prise anime cette dernière, qui se laisse être envahie par la langueur et la chaleur des corps. En fond sonore, La Callas sonne le glas, puis Leonard Cohen, Miles Davis, Janis Joplin et Iggy Pop prennent le relais. Les membres sont disloqués, la gestuelle décomposée et souple, soutenue par l’agilité de la danseuse. Une légèreté émane de ces danseurs, véritables oiseaux de nuit.

L’enchaînement est fluide, parfois improvisé. Les rencontres langoureuses. Entre quelques déambulations et tâtonnements, ils trouvent leur moitié, leur espace, leur danse. Mêlant les formes et les genres, les deux chorégraphes offrent des créations éclectiques où les corps des danseurs semblent être habités par la nonchalance du geste simple. Et beau. Des corps légers, dont émane une extraordinaire sensualité.

Plus d’informations sur la programmation du Théâtre de la Ville: ici

Plus d’informations sur Louise Lecavalier: ici

La voix soul du G Funk s’est éteinte
Iron Maiden : From Fear to Eternity, un nouveau best-of pour le 23 mai
Alienor de Foucaud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *