A l'affiche
L’agenda cinéma de la semaine du 21 octobre

L’agenda cinéma de la semaine du 21 octobre

21 octobre 2020 | PAR Maëlle Polsinelli
Cette semaine, le cinéma est plus que jamais un échappatoire: entre cavale avec un poney, hold-up dans une administration, plongée dans les tourments de Michel-Ange et rencontres avec des vampires, la promesse d’évasion est tenue. 
 
Adieu les cons, par Albert Dupontel 
 
Suze Trappet, coiffeuse, apprend qu’elle est condamnée par la maladie causée par les multiples produits chimiques respirées tout au long de sa vie, et qui attaquent irréversiblement son cerveau. Cette conscience d’une fin proche lui donne de la force pour retrouver l’enfant dont elle a accouché quelques années plus tôt, mais que ses parents l’on contraint d’abandonner à sa naissance. Dans sa quête, elle rencontre JB, neurasthénique et suicidaire depuis qu’il s’est fait signifier par son administration que, trop vieux, il ne lui serait plus utile. Tous deux s’unissent alors pour fouiller dans les archives et retrouver l’enfant, enquête illégale aux airs de hold-up…
 

Poly, par Nicolas Vanier 

Louise déménage dans le sud de la France avec sa fille Cécile, 10 ans. Un beau jour, un cirque de passage s’installe à côté de ces dernières, et Cécile découvre que Poly, le poney vedette, subit des sévisses. Indignée, elle décide d’organiser son évasion. Au cours de cette cavale, Cécile et Poly nouent une relation hors du commun, au coeur de nombreux rebondissements.

Michel-Ange, par Andreï Konchalovsky

1512 ; Michel-Ange vient d’achever les fresques de la chapelle Sixtine dont il sort exténué, et reprend son projet de tombeau monumental, commandé par le pape Jules II. La mort soudaine de ce dernier précipite la réalisation du projet, alors que Michel-Ange reçoit du nouveau souverain pontife, Léon X, l’ordre d’achever la façade de la basilique San Lorenzo. Dans ce tourbillon d’exigences, Michel-Ange perd progressivement pied avec la réalité, et l’homme se dévoile derrière le peintre. 

Petit vampire, par Joann Sfar 

Petit Vampire vit dans une maison hantée avec une joyeuse bande de monstres, mais il s’ennuie affreusement, car voilà déjà 300 ans qu’il a 10 ans. Il ne rêve que d’aller à l’école, avoir une vie proche de la normalité. Or, pour ses parents, le monde extérieur est un monde hostile, ce qui le prive d’en faire la découverte. Un beau jour,  accompagné par Fantomate, son fidèle bouledogue, Petit Vampire s’échappe du manoir dans la plus grande discrétion ; déterminé à rencontrer d’autres enfants. Très vite, il se lie d’amitié avec Michel, un petit garçon attachant. Mais cette nouvelle relation n’est pas sans conséquences puisqu’elle va attirer l’attention de Gibbous, vieil ennemi de Petit Vampire sur les traces de sa famille depuis des années…

 

 

Crédit visuel: ©Affiche du film Adieu les cons

Les disques classiques et lyriques de l’automne 2020
Un Chausson historique au Concert de dimanche matin
Maëlle Polsinelli

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *