Cinema
Festival Musique et Cinéma de Marseille : une journée dans les coulisses de la Musique de Film

Festival Musique et Cinéma de Marseille : une journée dans les coulisses de la Musique de Film

09 avril 2022 | PAR Yaël Hirsch

À peine sortis du train, le mythique soleil de Marseille nous a accueillis comme une promesse. C’est parti pour deux jours au Festival Musique et Cinéma.

Direction la Canebière pour découvrir le nouveau QG du Festival Musique et Cinéma, le 123. Convivial, avec ses tables dressées en terrasse, le checkpoint du Festival est juste à côté de l’Artplexe, un complexe cinéma flambant neuf, qui présente, dans ses diverses salles, la plupart des projections du Festival.

Lorsque nous arrivons, nous pouvons nous glisser en salle 4, où nous assistons à une rencontre entre réalisateurs et compositeurs ouverte au public. Le climat est intimiste. Le témoignage et le partage d’expérience permettent de mieux entrer dans les coulisses du métier. Les questions de Benoît Basirico, journaliste spécialisé dans la musique de film ouvrent sur une réflexion sur la parité encore très loin d’être atteinte entre femmes et hommes, compositeurs et compositrices, de musiques de film : elles seraient en dessous de 20 %.

Le marché européen de la composition musicale pour l’image

Après un déjeuner au soleil, nous pouvons nous rendre au Conservatoire, bâtiment solennel, bâti à la fin du 19e siècle pour accueillir les Beaux Arts, mais actuellement Conservatoire de musique et de danse à rayonnement régional. Toute la semaine, sous les hautes voûtes d’une salle néogothique absolument impressionnante, s’est déroulé le marché européen de la composition musicale pour l’image. Les professionnels du film intéressés par la musique qui doit accompagner l’image s’y rencontrent, sous plusieurs mètres de hauteurs sous plafond, avec un nombre impressionnant d’anciens pianos dressés comme une armée.

Nous apercevons une magnifique bibliothèque ancienne, vidée de ses livres et en entendant un peu de musique, nous surprenons une répétition des compositeurs en résidence, qui travaillent, depuis le 30 mars, sous la houlette de la compositrice Marie-Jeanne Serero en revisitant la musique de courts-métrages originaux et qui nous présenteront la somme de leur travail au Silo samedi soir lors du concert de clôture. C’est très émouvant de voir le travail en train de se faire et de ce que nous avons entendu augure du meilleur pour la clôture…

À 16h, nous sommes de retour à l’Artplex pour découvrir ou redécouvrir l’un des films présentés hors compétition et dont la musique est signée par les très éclectique et très talentueux Frères Gasperine (lire notre interview). À noter : la bande-annonce du festival qui passe avant chaque projection propose plusieurs compositions originales et nous pouvons voter pour notre favorite. Ma famille afghane, de Michaela Pavlatova est un film d’animation qui nous permet de suivre une jeune femme slovaque très amoureuse d’un Afghan jusque dans son pays. Nous sommes dans les années 2000, la situation se tend avec l’attaque des Twin Towers et la montée en puissance des talibans. Malgré une cellule familiale bienveillante et malgré l’amour dans le couple, la traversée des différences titube… Les tensions politiques ne peuvent pas ne pas faire ressortir les différences dans le couple. Un film sensible, tout en nuances, extrêmement focalisé sur l’intériorité des personnages. Ma famille Afghane propose un ensemble d’images très délicat quand le sentiment que la situation de distance culturelle se creuse et la musique mesurée et très diverse du film participe pleinement de la subtilité du propos… Un film qui laisse peu de gens indifférents…

Sept films du soir !

À 19h, l’électricité monte dans l’air avec trois séances qui ont lieu de front : dans une des salles, la 10e et la 11e saisons de la série  Vestiaires  sur des nageurs handisports sont à découvrir, tandis qu’en parallèle, la réalisatrice Emmanuelle Bercot et le compositeur Éric Neveux font salle comble pour l’accord en duo autour de De son vivant, présenté à Cannes l’an dernier. Nous choisissons d’aller voir un film de la compétition, La ruche, de Christophe Hermans, que Ludivine Sagnier vient présenter avec le réalisateur et les trois jeunes actrices du film qui crèvent chacune sa manière l’écran : Sophie Breyer, Maria Taquin et Bonnie Duvauchelle. Huis clos absolument intenable, mais terriblement bien filmé, La ruche présente l’amour suffocant de trois adolescentes pour leur très fragile et dépressive maman, interprétée par Ludivine Sagnier. La description de la douleur et de la chaleur, mélangées, sont d’autant plus frappantes que l’animalité rugissante d’un foyer qu’on essaye de faire tenir parle à tous. La musique vient souligner le travail de l’image qui cadre de manière unique chacune de ces femmes pour dresser une série de portraits saisissants.

À 21h30, changement de rythme et passage à l’horizon de l’engagement des jeunes pour l’écologie avec le film vitaminé de Flore Vasseur produit par Marion Cotillard, Bigger Than Us. La réalisatrice et son compositeur Rémi Bouval sont venus présenter le film.,

Score festival

À minuit, le choix était cornélien : musique ou cinéma ? Il était possible de voir un film en séance nocturne, avec quatre choix… ou de basculer dans la programmation de Chinese Man records qui a lancé son « score festival » en parallèle de Musique et Cinéma du 4 au 9 avril. Alors que nous n’avons pas pu avoir de place pour La Yegros et Matteo au Makeda, nous avons adoré les cocktails, l’ambiance et le son festif et puissant du Lyonnais Eric Babillon alias Groove Sparks au Verre a Cruise.

Rendez-vous demain, à Marseille, pour la dernière journée du Festival Musique et Cinéma qui devrait commence par des projections jeunesse !

Edgär au Backstage, un concert intimiste qui mélange des genres
Festival Reims Polar : le palmarès
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture