Cinema

Deauville, jour 2: Puzzle séduit le public

Deauville, jour 2: Puzzle séduit le public

02 septembre 2018 | PAR Yaël Hirsch

C’est sous un ciel toujours radieux que ce premier dimanche de compétition a eu lieu, suivi avec attention par les cinéphiles malgré la tentation formidable d’aller à la plage. Et entre Nancy, Puzzle et Whitney, l’on peut affirmer que le menu de la journée était riche en portraits de femmes.

0fe10856-6a25-4d3e-abb6-441b0e2b6e65

La matinée a commencé avec à projection de Nancy, de Christina Coe, en présence de l’équipe du film. L’héroïne est une trentenaire qui vit dans la tête d’artistes tandis qu’elle vit chez ses parents. L’histoire d’une fille abandonnée par ses parents la trouble et mélange les frontières entre fiction et réalité. Un portrait ambigu filmé d’une main sure.

L’autre film de la compétition de la journée était Puzzle de Marc Turtletaub (a qui l’on doit comme producteur : Tout est illuminé et Little Miss Sunshine). Portrait d’une desperate Housewife qu’un Puzzle vient réveiller de sa torpeur d’esclave, pour la mettre sur les rails d’une compétition. Mondiale auprès d’un partenaire indien, le film suit un scénario redoutablement efficace. Vous entendrez certainement de plus en plus parler de l’actrice, Kelly MacDonald qu’on a découverte dans Broadwalk Empire. Et le film colle si bien les morceaux, que le public pourrait l’adouber. Sortie française prévue prochainement chez Bac Films.

La fin d’après-midi a été marquée par l’excellent documentaire de Kevin Macdonald : Whitney. Présenté à Cannes (lire notre article) et prévu sur nos écrans pour le 5 septembre chez Arp, le film est un autre portrait de femme, une star, depuis la coulisse.

Malheureusement, nous n’avons pas pu assister à l’hommage à Kate Beckinsale, Deauville Talent Award cette année et à la projection de Love & Friendship de Whit Stillman où elle joue la lady Susan Vernon de Jane Austen.

Nous quittons Deauville tristes de manquer la suite du programme, notamment l’hommage à Morgan Freeman, la suite de la compétition, L’avant-première du nouveau film de Jaques Audiard et le violon de Renaud Capucon annoncé pour la clôture. Le 44e Festival du Film Américain de Deauville continue jusqu’au 9 septembre. Et le programme est là.

Visuels : le port de Trouville (c) Yael Azoulay et compétition officielle : Yh

Andrei Kourkov : « Vilnius, Paris, Londres. Trois destins européens »
Anatahan, de Joseph von Sternberg sort en copie restaurée chez Capricci
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *