Cinema

Crazy heart : country, love story et 2 oscars

20 août 2010 | PAR Yaël Hirsch

Hollywood a adopté les merveilleux antihéros de sundance. Après George Clooney dans « In the Air », et surtout Mikey Rourke dans « The Wrestler » voici Jeff Bridges dans « Crazy Heart » de Scott Copper. L’Histoire d’une vieille star décatie de country qui rencontre le grand amour en la jolie personne de Maggie Gyllenhall et qui a remporté deux oscars (dont meilleur acteur pour Bridges) est disponible en dvd chez Fox le 25 août.

A l’âge de 57 ans, Bad Blake (Jeff Bridges) vit de sa gloire déchue de star de la country et va de petit concert en petit concert dans des bowlings et pubs locaux. En mauvaise santé et sérieusement alcoolique, ses jours et ses nuits se résument à beaucoup de cuites, quelques coups d’un soir, et la hantise du manque d’argent dans le paysage désolé de chambres de motels. Mais on n’oublie jamais l’amour de la musique. Celui-ci est revivifié quand, lors d’un concert à Santa Fée, il rencontre la jeune et jolie divorcée Jean (toujours impeccable Maggie Gyllenhall). Elle veut l’interviewer, il y va à reculons, mais peu à peu une complicité naît entre ces deux êtres des antipodes. Elle a les 2/3  de son âge et un enfant, il est en mauvaise santé et n’a jamais assumé ses multiples responsabilités. La love story semble donc impossible. Mais arrosée d’amour, la musique renaît de ses cendres, et le magnifique looser à nouveau inspiré écrit pour un de ses anciens poulains (Colin Farrell, mythique avec sa queue de cheval texane) la plus belle chanson d’amour …

Adapté d’un livre de Thomas Cobb, le premier film de Scott Cooper a été la grande surprise des derniers oscars en raflant deux statuettes : une pour Jeff Bridges, meilleur acteur dans un rôle sublime d’artiste vieillissant, et une pour la chanson « The weary kind » de Ryan Bingham. Sur fond de belle country tirant sur le blues, cette jolie histoire d’amour toute simple et impossible illustre un mythe aussi profond que l’Amérique qu’elle dépeint : il n’est jamais trop tard pour bien faire, comme l’explique le papa increvable de Bad Blake. Une fois le mouvement de rédemption lancé, le succès, même en demi-teinte, doit nécessairement ouvrir les bras au nouveau converti. Les fans du Big Lebowsky se réjouiront de retrouver Jeff Bridges au top de son art d’acteur, et en face, Magie Gyllenhall est absolument radieuse. A voir en Dvd dès le 25 août.

« Crazy Heart », de Scott Cooper avec Jeff Bridges, Maggy Gyllenhall, Colin Farrel, et Robert Duvall, USA, 2009, 1h51, sortie française 3 mars 2010, sortie dvd 25 août 2010. dvd : 19.99 euros. Blu-ray : 24.99 euros. Bonus : Scènes coupées et Bande-Annonce.

500 dollars d’amende pour la nudité d’Erykah Badu
Solo pour une blonde de Roy Rowland à nouveau sur grand écran
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *