Cinema
[Cannes, Un certain regard] « Xenia »: chansons italiennes, héritage albanais et Grèce actuelle

[Cannes, Un certain regard] « Xenia »: chansons italiennes, héritage albanais et Grèce actuelle

20 mai 2014 | PAR Yaël Hirsch

Le réalisateur de L’Attaque de la moussaka géante passe avec brio roman d’apprentissage. Couleurs chaudes, garçons sexys chacun dans leur genre et surtout double portrait tendre et vibrant, ce film au gout prononcé pour les différences et un manuel de tolérance nomade – qui se passe volontiers de bons sentiments trop faciles. Réjouissant!

[rating=4]

Dany et Odysseas ont respectivement 16 et 18 ans. Le premier est à la fois très libre (lool néo-punk, identité gay déjà assumée) et très enfant ( il se balade avec un ours en peluche et passe sont temps avec des sucettes en bouche), et son aîné est plus calme, raisonnable et posé. Quand Dany fugue pour lui apprendre la mort de leur mère, une immigrée albanaise devenue chanteuse à voix et en grec, Odysseas se lance avec son frère dans un grand voyage à Thessalonique qui comprend dans le désordre : retrouver le cabaret où a officié leur mère, rencontrer leur père et obtenir la nationalité grecque et se qualifier pour participer à un concours de chant.

Road movie sur fond d’amitié forte entre deux frères, Xénia évoque les remous universels de l’adolescence pour mieux donner accès aux spécificités de la question de la différence(albanaise, gaie, d’apparence…) dans une Grèce contemporaine abattue par la crise. L’image saturée de couleur fait penser aux jeux de couleurs de Paul Thomas Anderson et aussi à ceux de Xavier Dolan, mais dans un cadre qui ne se veut jamais gratuitement marginal. Portrait de deux jeunes-hommes en fleur, arrosé de chansons de Patty Pravo (diva italienne des années 1970), Xenia fait passer beaucoup d’énergie positive : dans la tolérance, comme dans le dynamisme du rythme enlevé du film. Un excellent moment d’alterité.

Xenia, de Panos H. Koutras avec Kostas Nicouli, Nikos Gelia, Romanna Lobach, Patty Pravo, Aggelos Papadimitriou. Comédie grecque, 2h08. Sortie le 18 juin 2014.

Visuel : © Pyramide Distribution

Cannes, jour 6 : la déception de Foxcatcher, une adolescence grecque, la poésie israélienne et la pépite américaine
[Cannes, Quinzaine] «Mange tes morts », le monde des gitans à travers la caméra de Jean-Charles Hue
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture