Cinema
[Cannes 2021, Hors Compétition] Mi iubita, premier long-métrage fin et solaire réalisé par Noémie Merlant

[Cannes 2021, Hors Compétition] Mi iubita, premier long-métrage fin et solaire réalisé par Noémie Merlant

04 août 2021 | PAR Geoffrey Nabavian

Donnant à suivre une rencontre inattendue, ce film conduit avec simplicité et talent par Noémie Merlant convainc, et offre une balade aérienne.

Jeanne part en Roumanie faire un voyage avec trois copines, en prévision de son mariage à venir. Les joyeuses compères se font voler leur voiture. Ce qui leur permet de rencontrer Nino, jeune gitan de dix-sept ans parlant français et habitant les environs avec son frère et sa mère. Entre Jeanne et lui, un sentiment amoureux va bientôt naître.

Projeté au Festival de Cannes 2021 Hors Compétition, Mi iubita aurait pu aussi figurer, par exemple, au sein d’Un certain regard, de par son sujet et sa forme travaillée. Réalisé avec un mélange de sobriété et d’énergie, et une caméra s’attachant aux visages, Mi iubita – ou « Mon amour » – apparaît comme traitant son sujet de manière juste et simple. L’interprète de Nino, Gimi-Nicolae Covaci, se révèle si convaincant qu’il permet à lui seul à tout le contexte social peint par le film de s’incarner et d’exister. Nul besoin dès lors de plans appuyés cadrant des quartiers pauvres ou de scènes explicatives : on se contente de le suivre et de l’écouter, d’imaginer par exemple sa dure vie à Paris qu’il raconte, avec naturel. Loin de ne devenir qu’une figure utile au scénario, il garde également son mystère : le spectateur est laissé libre de l’apprivoiser, en même temps que la protagoniste centrale du film.

Parvenant donc à tisser son scénario à partir d’éléments simples, tout en parlant de certaines réalités sans les caricaturer, Noémie Merlant signe un film au final solaire, en forme de balade suspendue sous une lumière pas embellie, car belle en soi. Elle s’y révèle encore une fois rayonnante et puissante, et offre aux trois actrices qui l’entourent – Sanda Codreanu, Clara Lama Schmit et Alexia Lefaix – des occasions de briller également, par leur naturel.

Mi iubita est projeté au Festival de Cannes 2021 Hors Compétition. Il sortira dans les salles de cinéma françaises distribué par Tandem.

Retrouvez tous nos articles sur les films du Festival dans notre dossier Cannes 2021.

Visuel : © Tandem Films

[Cannes 2021, Hors Compétition] Oranges sanguines, et sa maîtrise corrosive
Anna Netrebko, Turandot de grand style à Vérone
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture