Cinema

Au cinéma Grand Action à Paris, le festival Smells Like Teen Spirit met le teen movie à l’honneur

Au cinéma Grand Action à Paris, le festival Smells Like Teen Spirit met le teen movie à l’honneur

19 octobre 2016 | PAR Alexis Duval

Souvent conspué, le film d’adolescents trouve ses lettres de noblesse grâce à une rétrospective rafraîchissante dans le temple du septième art parisien. Smells Like Teen Spirit propose une sélection à l’éclectisme bienvenu.

En 2015, le formidable documentaire Beyond Clueless de Charlie Lyne en faisait la preuve par A (comme Gregg Araki) + B (comme Bubble Boy) : le teen movie, le film d’adolescents, est un genre cinématographique à l’intérêt amplement sous-estimé. C’est à cette injustice que le festival Smells Like Teen Spirit entend remédier en proposant une sélection originale de onze longs-métrages. En investissant du 29 octobre au 1er novembre le Grand Action, temple du septième art parisien, les organisateurs veulent démontrer au public que Lolita malgré moi et Ghost World ont leur place dans la cinéphilie.

Au sens large, le teen movie est aussi un film sur les adolescents, sur leurs préoccupations, leurs envies, leurs craintes. D’où la présence dans la sélection de Smells Like Teen Spirit du cultissime Virgin Suicides (2000) de Sofia Coppola. Adapté du roman du même nom de Jeffrey Eugenides, il dépeint le parcours tragique de cinq soeurs, belles, blondes et lumineuses, issues de la classe moyenne américaine proprette et rigoriste des années 1970. Servie par une photographie sublime et une bande-son planante signée Air, le film capte comme rarement la complexité parfois indicible de cet âge des premières et des dernières fois.

INSERER VIDEO

Le festival s’est doté d’un nom en hommage à la chanson de Nirvana. Pas étonnant que figure dans la sélection un bad boy comme Gregg Araki, dont le troisième long-métrage Nowhere sera projeté. De la drogue, du sexe, de l’amour : difficile de trouver un cocktail plus punk. Peter Weir, lui, incarne un autre genre d’iconoclasme. Avec Pique-Nique à Hanging Rock (1975), présenté en version restaurée, le cinéaste australien prend comme trame la disparition de jeunes filles modèles au cours d’une sortie scolaire pour créer un drame hypnotique.

En avant-première, le documentaire Swagger

La programmation de Smells Like Teen Spirit ne manque pas de faire la part belle à des oeuvres moins mainstream, tels Fudoh: The Next Generation du Japonais Takashi Miike (auteur du très réussi Audition) ou Mary is Happy, Mary is Happy (2013) du Thaïlandais Nawapol Thamrongrattanarit. Sans oublier l’avant-première de Swagger d’Olivier Babinet, documentaire sur des adolescents de cités d’Aulnay-sous-Bois et de Sevran. Pour une première édition, on pouvait difficilement imaginer une sélection plus alléchante.

Plus d’informations sur la page Facebook du festival

Alexis Duval.

Infos pratiques

Maurizio Cattelan « Post-mortem » et post Krach à la Monnaie de Paris
[Live-Report] Pop Austin 2016 créé des passerelles entre les galeries et la rue
Alexis Duval

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *