Cinema
[Arras Film Festival] « Les Souvenirs », film qui fait plaisir

[Arras Film Festival] « Les Souvenirs », film qui fait plaisir

14 janvier 2015 | PAR Geoffrey Nabavian

On n’a pas trouvé autre chose dans cette adaptation de David Foenkinos, réalisée par Jean-Paul Rouve. Pas une réussite cinématographique (malgré une partie technique qui tient la route), juste un film pour se faire du bien.

[rating=3]

Les SouvenirsLes Souvenirs est un film qui fait rire. Jean-Paul Rouve avoue avoir mis l’accent sur les touches d’humour, et force est de reconnaître sa réussite sur ce plan. Le parcours de Romain, jeune homme rêveur (David Foenkinos lui-même ?) confronté aux différents âges de la vie et à leurs aléas, est jalonné de situations et de personnages aux caractères loufoques, qui sonnent juste. Son père, tout juste retraité, qui panique face aux problèmes, et devient tout sourire lorsque son quotidien lui offre un bonheur. Karim le coloc, avec son flegme et ses techniques de drague foireuses. Et une grand-mère qui n’est pas si sage qu’on croit… Le trait est grossi, mais pas stéréotypé. Et on rit.

Après, on peut trouver que le film n’est pas une réussite sur le plan strictement cinématographique. Les acteurs, s’ils sont justes, ne s’effacent jamais au profit de leur personnage. Michel Blanc (le père de Romain) et Chantal Lauby (la mère) restent tels qu’on les connaît. Annie Cordy, en grand-mère, amène sa fantaisie, Mathieu Spinosi (Romain) sa sensibilité, et Jean-Paul Rouve son humour à froid, mais l’ensemble peine à décoller, à atteindre une vraie fantaisie, qui transporterait pleinement. Du même coup, le scénario apparaît trop mince. Et le personnage le plus parfaitement incarné est en définitive Karim, auquel William Lebghil prête son naturel. Karim qui amène de l’humour, et arrive à constituer une vraie figure. Amenant vers une fantaisie dont on ne voit plus les ficelles. On oubliait : de la même façon, un exhubérant second rôle fait merveille. Son nom : Audrey Lamy.

Peut-être le film pèche-t-il dans son versant sérieux : la mort, l’âge… Il semble hésiter parfois entre humour et gravité. Et en fin de compte, il constitue une suite de moments qui font du bien. A ce titre, il aura peut-être du succès. Faudrait-il alors lui en vouloir ? Non.

Les Souvenirs, un film réalisé par Jean-Paul Rouve. Avec Mathieu Spinosi, Michel Blanc, Chantal Lauby, Annie Cordy, William Lebghil, Audrey Lamy, Flore Bonaventura, Jacques Boudet, et Jean-Paul Rouve. Comédie française. Durée : 1h36. Sortie le 14 janvier 2015.

Visuel : © Etienne George

Infos pratiques

La Villette
Opéra de Reims
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *