Cinema
[Arras Festival] « Why me ? » : drame assez haletant

[Arras Festival] « Why me ? » : drame assez haletant

11 novembre 2015 | PAR Geoffrey Nabavian

A l’Arras Film Festival, ce film roumain issu de la sélection « Visions de l’Est », et inspiré de la véritable histoire du procureur Cristian Panait, mort en 2002, nous a stimulés, malgré sa durée un peu excessive.

[rating=3]

Why meVoici Cristian, jeune apprenti magistrat à la vie bien réglée. Voici une grosse affaire, très dure, qui lui tombe dessus : Leca, un fraudeur à confondre, champion pour embrouiller les enquêteurs. Et voici des scènes qui impressionnent : le supérieur de Cristian, joué par l’impressionnant , le presse, l’encourage à aller plus loin, à boucler l’affaire en deux temps. Tudor Giurgiu, le réalisateur, prend son temps, laisse les scènes durer : les difficultés de la procédure apparaissent, et semblent pénibles. Et malgré l’avalanche de détails, on reste passionné. On s’attache à ces personnages merveilleusement interprétés : dans le rôle principal,  fait merveille. Et on attend que Cristian craque, et se mette à foncer tête baissée, vers sa perte, peut-être.

Mais au lieu de se dépasser, notre héros va rester constant, et se prendre une suite de portes en pleine tête. Témoignage, sans doute, de la difficulté de régler ce genre d’affaires dans la Roumanie actuelle. Un basculement va avoir lieu, et dès lors, Cristian dégringolera, sans pouvoir se sortir de ses ennuis. A partir de ce moment-là, les scènes apparaîtront un peu plus démonstratives, car la volonté de raconter l’histoire vraie avalera le reste… Why me ? vaut pour sa première partie, très prenante, qui reste en tête malgré une suite trop étirée.

Le Festival International du Film d’Arras se prolonge jusqu’au dimanche 15 novembre.

Why me ?, un film de Tudor Giurgiu. Avec Emilian Oprea, Mihai Constantin, Alin Florea, Andreea Vasile, Dan Condurache, Olga Delia Mateescu. Drame, Roumain. Durée : 2h05.

Visuel : © Libra Film Productions

Infos pratiques

La Villette
Opéra de Reims
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *