A l'affiche
Poulpe fiction

Poulpe fiction

26 avril 2021 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La sagesse de la pieuvre vient de recevoir l’oscar du meilleur documentaire. Et pour cause, l’objet si il est très classique dans sa structure est un manifeste sur comment sortir à temps la tête de l’eau. A voir sur Netflix.

Disons qu’il ne s’agit pas réellement d’un documentaire animalier et en aucun cas surtout d’un documentaire sur la vie des poulpes. Alors on le sait les poulpes sont des animaux étonnants, on a vu ici et là ces mollusques ouvrir une bouteille par exemple, mais ce n’est pas le sujet.

Craig Foster filme la nature, c’est son truc, comme dans The great Dance : a Hunter’s Story (2000). Mais voilà, à force d’être derrière la camera, le mec se noie dans la déprime. Avec pudeur il évoque sa dépression. Pour remonter à la surface, il rentre à la maison, en famille, en Afrique du Sud. Et en face de la maison, mais vraiment en face, se trouve un océan, agitant très violement une eau gelée, des vagues et des rochers. En dessous, des requins.

Et ? Et bien il y va. Mais alors, à poil ou presque. En petit maillot, en apnée, un masque tout de même. L’image est folle. Il va loin, le souffle coupé, il descend profond. Et un jour, alors que le froid est devenu une drogue dure, il « la » croise, en tout cas lui dit « elle », ce poulpe alors tout recouvert de coquillages, camouflé.

Vivre vite et vivre fort

Nous sommes en 2010 et il va, essentiellement seul, se filmer et se diriger sous l’eau dans la forêt de varech, des plantes comme tropicales mais sous-marines. Un pas de deux se met en place entre lui et le poulpe, dans une love story qui comporte tous les éléments du meilleur James Bond. Attente, trahison, peur, tragédie. Tout est là et même si la voix off est mélo, on passe tout ! D’abord parce que la photographie est folle, l’eau est limpide. Ensuite parce que raconter cette relation est totalement inédite.

Ce transfert, ça en est un, entre lui et « elle » est une leçon de vie. Un poulpe vit un an, se reproduit et meurt après avoir donné naissance à des centaines de milliers d’œufs dont seule une poignée survivra. Pas le temps de se plaindre, pas le temps de déprimer, pas le temps de sombrer non plus, sinon on crève encore plus vite de prévu.

On suivra alors avec une grande passion les aventures de ce poulpe évidement très attachant, nous le verrons courageux espiègle et tellement intelligent, ce qui a permis à Graig Foster de retrouver le goût de l’humanité et de s’armer, désormais, d’une jolie statuette.

La Sagesse de la Pieuvre, Pippa Ehrlich, James Reed, Graig Foster.

Visuel : Affiche

Six albums pour ensoleiller votre printemps
L’agenda classique et lyrique de la semaine du 27 avril 2021
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture