A l'affiche
« L’étreinte » de Ludovic Bergery : Emmanuelle Béart tout en tendresse

« L’étreinte » de Ludovic Bergery : Emmanuelle Béart tout en tendresse

26 mai 2021 | PAR Alice Martinot-Lagarde

Dans L’étreinte, Ludovic Bergery met en scène Emmanuelle Béart dans le récit d’une femme qui tente de retrouver sa sensualité après la mort de son mari. Un premier film touchant à voir au cinéma depuis le 19 mai. 

Margot est à un tournant de sa vie, à la fois confus et terriblement important. Alors que son mari vient de disparaitre, elle déménage à Versailles pour retrouver sa demi-sœur. En perte de repères, elle retourne à ses origines allemandes en reprenant des études de langue et se lie d’amitié avec les autres étudiants. Confrontée à la brutalité du temps qui passe et à la solitude du vide laissé par la mort de l’être aimé, elle cherche à retrouver la sensualité du contact et se laisse aller à ses désirs. 

Curieuse et admirative, elle va puiser chez les jeunes qui l’entourent une envie de vivre, une insouciance qui la pousse à tenter de nouvelle chose et à se redécouvrir. Emmanuelle Béart interprète avec tendresse cette femme digne et parfois fragile qui cherche à se réapproprier sa vie et son corps. Parfois elle se perd, elle rate, et pour autant elle continue d’oser, de se laisser tenter. Sans jugement aucun, on la regarde s’ouvrir jusqu’à s’inscrire sur un site de rencontre ou s’abandonner à un inconnu. 

La force du film réside dans la lenteur et les silences. Filmée de près, Emmanuelle Béart transmet par la force des regards et l’expression de ses gestes hésitants. À ses côtés, Vincent Dedienne trouve une place toute choisie. Dans une retenue délicate, il incarne Aurélien, ami et conseiller attendrissant qui croise la route de Margot sur les bancs de l’université. Ludovic Bergery filme cette femme avec ses doutes et ses peurs, mais aussi le grain de folie et la liberté que lui permet ce recommencement. Il en ressort un portrait intense à la fois incarné et universel. 

 

 

L’étreinte de Ludovic Bergery, avec Emmanuelle Béart, Vincent Dedienne, Tibo Vandenborre, Sandor Funtek. France, 2020, 1h40. En salles le 19 mai 2021. 

 

Visuel : © affiche du film

La putain respectueuse de Jean-Paul Sartre à La folie théâtre
Alice et Moi : « J’ai trouvé que mes chansons avaient beaucoup d’intensité »
Alice Martinot-Lagarde

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture