A l'affiche

« Les chevaliers du zodiaque : La légende du Sanctuaire » un reboot étincelant

« Les chevaliers du zodiaque : La légende du Sanctuaire » un reboot étincelant

17 janvier 2015 | PAR Sandra Bernard

Depuis 1986, les chevaliers d’Athéna ne cessent d’enflammer l’imagination de nombre de fans. La série Saint Seiya (Les chevaliers du zodiaque en VF) créée en 1986 par Masami Kurumada revient en ce début d’année 2015 dans une version rajeunie avec le film d’animation Les chevaliers du zodiaque – La Légende du Sanctuaire, entièrement réalisé en 3D par les studios TOEI Animation qui avaient déjà fait sensation avec leur réinterprétation d‘Albator le Corsaire de l’espace.

[rating=3.5]

Reprenant l’arc le plus connu et apprécié des fans, La légende du sanctuaire retrace de manière condensée la rencontre de la jeune Saori et de ses fidèles chevaliers de bronze, ainsi que la course contre la montre de ces derniers pour sauver leur princesse et contrer une terrible machination du grand pope, mettant en danger l’équilibre de l’univers lui même. Pour sauver la réincarnation de la jeune déesse, les cinq chevaliers de bronze : Seiya de Pégase, Shiryu du Dragon, Hyôga du Cygne, Shun d’Andromède et Ikki du Phénix doivent traverser les douze maisons des chevaliers d’or du zodiaque dans un temps limité. Si certains chevaliers d’or comme Mû du Bélier ou Aldébaran du Taureau se montrent plutôt bienveillants face aux jeunes héros, d’autres se révèlent beaucoup plus belliqueux, ce qui donne lieu à une multitude de combats. Ceux-ci permettent non seulement de mettre en avant les idéaux de justice, de dépassement de soi (nekketsu) et de sacrifice propre à la série, mais surtout, ils donnent lieu à des explosions visuelles. Les scènes de combats sont intenses et spectaculaires avec moultes explosions, éclairs et vols planés dans de vastes décors. Le sanctuaire a bien changé. Exit les environnements d’inspiration gréco-romaine, voici un amalgame de styles architecturaux pour un effet grandiose. Le récit est ponctué de scénettes et dialogues humoristiques.

Concernant la partie purement technique du film, il faut avouer qu’un petit problème se pose. Concernant la modélisation et l’animation des personnages, qui s’avèrent inférieures à celles du dernier Albator. L’on a parfois l’impression qu’il s’agit de cinématique PS4 par ses textures. La réalisation technique est, somme toute, assez brillante, voire rutilante dans l’ensemble lorsqu’il s’agit des chevaliers et de leurs armures. Par contre, le reste des personnages et décors sont plutôt grossiers. L’on peut s’en étonner quand on voit que l’auteur du manga original a participé à la réalisation en tant que producteur délégué en chef.

Pour conclure, Les Chevaliers du Zodiaque-La Légende du Sanctuaire reprend, en seulement 92 minutes, l’intégralité de l’arc du Sanctuaire. Très fidèle à l’histoire originale et faisant la part belle aux affrontements, l’on regrette que les personnages n’aient pu voir leur personnalité approfondie. Pour bien comprendre toutes les références et le déroulement des événements il faut, soit bien connaitre la série ou bien passer par une petite mise à niveau. Les fans apprécieront certainement de retrouver leurs héros avec un design retravaillé et des effets spéciaux spectaculaires. Les plus jeunes s’emballeront pour ces vaillants jeunes chevaliers menant de nombreux combats. Les autres se sentiront peut-être un peu perdus face à la vitesse d’enchaînement de certaines phases. Notons que Yoshiki a participé à la bande son du film avec son titre « Hero ».

Information pratiques :

Les chevaliers du Zodiaque – La Légende du Sanctuaire, réalisé par Keichi Sato, Date de sortie : 25 février 2015, genre : Animation, Aventure, Fantastique.

Visuels : Crédit Photo © 2014 Masami Kurumada / Saint Seiya Legend of Sanctuary Production Committee

Festival Télérama 2015 : 3 euros 50 la séance pour revoir les meilleurs films de 2014
Casse dans une librairie juive à Villeurbanne
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *