A l'affiche
Le Saint-André des Arts fête ses 50 ans du 27 octobre au 2 novembre

Le Saint-André des Arts fête ses 50 ans du 27 octobre au 2 novembre

27 octobre 2021 | PAR Olivia Leboyer
saint André

Le Saint-André des Arts fait partie de ces cinémas parisiens mythiques. L’esprit du lieu participe du plaisir de découvrir un – souvent grand – film. La famille Diamantis a sélectionné, sur 7 jours, de merveilleux films, avec plusieurs conférences-débats. Un beau livre sur le Saint-André des Arts vient également de sortir.

Pour ouvrir cet anniversaire germano-pratin le jeudi 27 octobre, un film suisse, singulier et magnétique, La Salamandre (1971) d’Alain Tanner (dont nous avons revu, avec plaisir, Charles mort ou vif l’année dernière). Lors de cette première soirée, Pierre-Henri Deleau, qui a été pendant 28 ans délégué général à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes sera présent. C’est lui qui avait sélectionné La Salamandre en 1971, révélant ainsi le film au monde entier. Vous pourrez découvrir le très beau livre, Le Saint-André-des-Arts, désirs de cinéma depuis 1971 (L’Harmattan), de Axel Huyghe , avec de superbes photographies d’Arnaud Chapuy, qui conte l’histoire du lieu.

Parmi les nombreux films proposés, citons l’érotique et novateur L’Empire des sens (1976) de Nagisa Oshima, les modernes et libres Cléo de 5 à 7 (1962) d’Agnès Varda ou Wanda (1970) de Barbara Loden. Un film humain et âpre, magnifique: A nos amours (1983) de Maurice Pialat (voir notre critique). Des films touchants et plein de vie comme l’excellent Depuis qu’Otar est parti (2002) de Julie Bertucelli. Le passe-montagne de Jean-François Stévenin, film singulier et exigeant, sera l’occasion de rendre un hommage à ce grand acteur.

Et, si vous ne l’avez pas encore vu, précipitez-vous à la projection d’Une femme sous influence (1974), avec Geena Rowland et Peter Falk, de John Cassavetes, vous n’en sortirez pas indemne.

Pour consultez la programmation, cliquez ici: http://cinesaintandre.fr/fr/evenements/

visuels: photo de François Vila©. 

L’importance d’être constant avec Jeoffrey Bourdenet, au Théâtre Hébertot
Le sacre du printemps par Mikko Franck à la maison de la Radio
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture