A l'affiche
[Deauville, avant-première] Comancheria, un Western où les banques sont des indiens

[Deauville, avant-première] Comancheria, un Western où les banques sont des indiens

05 septembre 2016 | PAR Yaël Hirsch

Présenté en avant-première ce dimanche 5 septembre 2016 au Festival du film Américain de Deauville, Comancheria,le nouveau film de David McKenzie est un petit bijou de Western, porté par un scénario en or, des paysages texans endiablés et des références malignes. La cerise sur le gâteau ? Jeff Bridges en policier au bord de la retraire (sans crise de nerfs). A voir dès le 7 septembre 2016 sur grand écran.

[rating=4]

Après la mort de leur mère, que sa banque ont tenté de dépouiller, deux frères l’un père de famille chouchou de leur maman, l’autre célibataire séducteur tout juste sorti de prison, décident de « modifier » un peu l’héritage de la ferme, qui repose sur des puits de pétrole mais qui est hypothéquée. Ils organisent une série de holdups pour que rembourser leurs dettes et faire de leur progéniture des gens riches. Ils s’agit de viser toujours la même banque, dans ses différentes ailes locales. A quelques jours de la retraite, le ranger le plus sioux de la ville (Jeff Bridges) se met sur leur piste espérant repousser l’échéance de jours sombres devant la télévision.

Malgré les vannes un peu lourdes du ranger à son acolyte d’origine indienne, ce Western qui parle très bien du mauvais caractère des femmes texanes et du flingue alerte de leurs compagnons repousse les clichés du genre en faisant d’une petite banque locale le très vilain indien du film. Malin, magistral dans ses paysages, porté par trois beaux mecs d’âges divers, Comancheria ne peut que séduire. C’est avec humour, précision et talent que le scénariste de Sicario et réalisateur de poings contre les murs livre un petit bijou. Dans cette conquête de l’ouest et du futur, il évite les poncifs avec dextérité et n’oublie même pas ce que l’on attend tellement d’un film : la tendresse : le lien fraternel qui se dégage du film est vraiment émouvant. Chapeau bas! (oui oui,sur le pied de la botte, comme Jeff Bridges).

Comancheria (Hell or High water) de David McKenzie, avec Jeff Bridges, Chris Pine et Ben Foster, USA, 2015, 2h19, wild bunch, sortie le 7 ssptembre 2016.
visuels (c) 2016 Wild Bunch

[Interview] Olivier Villepreux présente Delta T, « une revue de musiciens »
« Le Sanctuaire »: Un film d’épouvante qui fiche vraiment les jetons !
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “[Deauville, avant-première] Comancheria, un Western où les banques sont des indiens”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *