A l'affiche
[Critique] « Les Gens du Monde » : Plongée un peu complaisante au coeur de la rédaction du Monde

[Critique] « Les Gens du Monde » : Plongée un peu complaisante au coeur de la rédaction du Monde

13 septembre 2014 | PAR Gilles Herail

Cette plongée documentaire (en surface) dans les coulisses du Monde ne réussit pas à capter les questionnements du journalisme contemporain. Les gens du monde réserve quelques jolis moments mais le documentaire hexagonal nous avait habitué à plus d’esprit critique et d’inventivité.

[rating=2]

Synopsis officiel: Alors que la presse doit faire face aux grands bouleversements que représentent l’arrivée des blogs, tweets et autres révolutions du web, ce film propose une plongée au cœur du travail des journalistes du service politique du Monde, lors de la campagne électorale de 2012. Dans la rédaction comme sur le terrain, nous assistons ainsi aux débats qui traversent le grand quotidien du soir. Spectateurs privilégiés des oppositions et des tensions de la rédaction, nous partageons aussi l’enthousiasme et les fous rires des journalistes, la fatigue et les doutes, le quotidien du quotidien. Le portrait d’un métier en profonde mutation dans un des titres les plus prestigieux de la presse mondiale, qui s’apprête à fêter ses soixante-dix ans.

Les coulisses d’un journal tout au long d’une campagne présidentielle. Une belle promesse qui aurait pu prolonger l’oeuvre de Serge Moati en prenant cette fois ci le point de vue de la presse au lieu de celui des politiques. Les gens du Monde y arrive pas instants, montrant l’effervescence mais aussi les questionnements d’une profession qui se cherche. Soutenir ou non officiellement un candidat. Rapporter des informations sur les exploits sexuels de DSK alors qu’il n’est plus en course dans l’actualité politique. Trouver l’équilibre entre la couverture Internet et le traitement papier classique. Yves Jeuland effleure ces problématiques passionnantes sans oser la polémique. Le parti pris est différent et manque cruellement de matière. La mécanique de cette immense machine qu’est un grand journal quotidien comme Le Monde n’apparaît pas. Pas de stagiaires, de précarité de l’emploi, de crise du modèle, de réflexion sur le métier. Les gens du Monde capte simplement une ambiance feutrée où l’on suit des journalistes bien installés persuadés de participer à une grande cause de salut public au sein d’un journal détenant la vérité du savoir journalistique. Quand l’effacement et la neutralité deviennent complaisance, le documentaire devient alors un agréable film familial, avec son casting de personnalités attachantes. Ariane Chemin nous émeut quand elle parle avec un enthousiasme enfantin des hommes politiques, de leurs histoires, leurs caractères, le théâtre passionnant de leurs parcours. Arnaud Leparmentier est attachant, minorité assumée de droite au sein d’un journal plutôt marqué au centre, s’amusant de sa position de dernier résistant libéral. On attendait quand même plus qu’une simple galerie de portraits, aussi sympathiques soient-ils.

Gilles Hérail

Les gens du Monde, un documentaire d’Yves Jeuland, durée 1H22, sortie le 10/09/2014

Playlist de la semaine (82)
[Critique] « Gemma Bovery » Fabrice Luchini dans une comédie ludique, sensuelle et littéraire
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture