A l'affiche

[Critique] « Les Trois frères le retour » Les inconnus sauvent l’honneur !

[Critique] « Les Trois frères le retour » Les inconnus sauvent l’honneur !

16 février 2014 | PAR Gilles Herail

La presse s’est déchaînée pour dénoncer le caractère abjecte, cynique et quasiment démoniaque de la reformation du trio phare des années 90. Après la vision du film, bien supérieur à l’immense majorité des comédies du moment, on a presque envie de défendre l’honnêteté de la démarche et l’efficacité toujours présente.

 [rating=3]

Les 3 frères, l’original n’est pas seulement une petite comédie au succès surprise. C’est un monument de culture populaire au même titre que Les Ripoux, Les Bronzés, Les Visiteurs ou Astérix 2. Un film qui a reçu le César de la meilleure première œuvre, au grand dam d’une critique qui n’avait pas été tendre à l’époque. Intergénérationnelle et inusable, leur satire familiale et sociale de la France en crise s’est transmise dans les foyers au fil des années, du gros poste TV à l’écran plat, de la VHS piratée au streaming. L’attente était donc énorme. La presse compare aux Bronzés 3 et elle a tort. Car Les Bronzés est une pure comédie, avec des personnages tous détestables, et sans une once de tendresse. Les 3 frères est bien plus proche des Ripoux. Appartenant à la même tradition d’un cinéma social, urbain, populaire, aimant l’argot, la débrouille, les problèmes d’argent, le gagne-petit. Avec une vraie tendresse pour ses personnages de losers sympathiques. Les 3 frères le retour nous fait penser à Ripoux 3. Deux propositions similaires de maintenir un ton et une esthétique d’une autre époque et de l’intégrer dans le contemporain. En gagnant en nostalgie ce qui est perdu en efficacité comique.

De quoi parle Les trois frères le retour ? Toujours la même histoire chez les Inconnus et plus spécifiquement chez Didier Bourdon dont la carrière de réalisateur a confirmé les obsessions. Les problèmes d’argent, les mensonges sur la réussite et la perte de statut. Les 3 frères, le Pari, Madame Irma ou Bambou fonctionnent sur le même principe. La descente aux enfers sociale des héros qui s’embourbent et vont remonter grâce à la solidarité du bas. Populiste diront certains. Les 3 frères le retour applique à la lettre ce même schéma et les lignes directrices du premier film. Présentation des trois personnages qui survivent en jouant un rôle, élément extérieur qui vient faire s’effondrer leur équilibre précaire, accumulation de galères et de plans foireux et résolution finale douce-amère. Comme une certaine partie de la comédie des années 80 et 90, (pré Jean-Marie Poiré/Veber ou Dany Boon) les Inconnus revendiquent le social et le rassembleur. Se font rejoindre par des jeunes et explorent la banlieue. Font des blagues racistes mais se situent dans une France métissée.  Avec des maladresses (une jeune héroïne parfois caricaturale dans son langage) mais une véritable sincérité.

Les 3 frères le retour n’est pas tout le temps hilarant. Démarre doucement et agréablement pour nous laisser le temps de retrouver nos héros. Puis s’enflamme par instants en accumulant les énormités, les situations abracadabrantes et des répliques sympas. Rien d’incroyable mais le plaisir de retrouver le trio est bien là. Bernard Campan et Didier Bourdon sont géniaux, retrouvant instantanément leurs personnages d’il y a 20 ans. Les éléments clefs des Inconnus sont là avec quelques références aux sketchs, le plaisir du travestissement, les accents. On ne se remet pas de voir le petit Mickaël devenu grand et dont on reconnaît instantanément le sourire moqueur deux décennies plus tard. Dans la catégorie des films Madeleine de Proust, la suite des 3 frères peut se tenir dignement. Et les réactions de la salle le mercredi de la sortie le confirment. Finalement pas si mal.  Pour parler gros sous étant donné qu’une partie de la presse ne semble pas s’intéresser aux réalités économiques du cinéma, Les 3 frères est bien loin de la polémique Maraval. Un budget de 8,5 millions d’euros qui correspond à une comédie lambda. Des salaires en intéressement à partir d’1,5 million d’entrées. 700 salles et non 1000 qui diffusent le film. Et une absence totale de cynisme des Inconnus qui assument leur ringardise et ont simplement cherché à retrouver l’esprit de leurs débuts avec une petite dose de maladresse qui ne rend le spectacle que plus charmant.

Gilles Hérail

Les 3 frères le retour, une comédie des Inconnus avec Didier Bourdon, Pascal Légitimus et Bernard Campan, durée 1H45, sortie le 12 février 2014
Berlinale 2014, le Palmarès : Non, nous n’avons pas vu l’Ours
La Maison Rouge, asile de l’art
Gilles Herail

2 thoughts on “[Critique] « Les Trois frères le retour » Les inconnus sauvent l’honneur !”

Commentaire(s)

  • severine

    pourquoi tant de heine? vous ne supportez pas l’humour? avant de descendre un film et des comiques de génie, il faudrait peu être avoir un peu de professionnalisme, et par exemple regarder les commentaires du public nombreux qui est allé voir le film, non? ou alors vous vous etes sentis visés dans cette parodie de la nature humaine à tel point que le journaliste qui a écrit votre article ne se supporte plus? bon courage, les inconnus sont indulgents et le coeur sur la main, EUX. Ca tombe bien, notre société a besoin de gens comme eux et non des parasites comme vous. Bon courage face au succès de ce film qui vous rendra mort de honte

    février 15, 2014 at 19 h 00 min
  • Philippe

    Alors je ne comprends vraiment pas pourquoi les critiques sont à ce point violent. J’ai vu le film il y a quelques jours et franchement il ne mérite pas tant de haine !

    Ok, ça n’est pas le chef d’oeuvre de la décennie, mais on rigole bien et c’est ce qu’on demande à une bonne comédie. Les Inconnus sont franchement sympathiques et on sent qu’ils se sont amusés et qu’ils respectent leur public. Certaines répliques resteront. Didier qui fait « Et Espace Libido vous offre 10% sur les canard vibrants et les sextoys premium! », ou alors qui lance un « Salope! » à Bernard, c’est trop drôle. La salle a même applaudi à un moment…

    D’ailleurs je me suis amusé à chercher et vous savez quoi, Espace Libido le sexshop de Didier, existe vraiment sur espacelibido.com ! Sinon vu la réaction de la salle, le film est très loin d’être un four. C’est une comédie honnête, qui fait bien rire si on n’est pas un bobo parisien prétentieux qui ne jure que par les films d’auteur soporifiques…

    février 15, 2014 at 19 h 52 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *