A l'affiche
[Critique] « L’enquête » Gilles Lellouche incarne Denis Robert dans un thriller précis et documenté sur l’affaire Clearstream

[Critique] « L’enquête » Gilles Lellouche incarne Denis Robert dans un thriller précis et documenté sur l’affaire Clearstream

15 février 2015 | PAR Gilles Herail

L’enquête ne recherche pas la prouesse cinématographique et s’attelle au contraire à rendre un hommage sérieux et documenté aux journalistes d’investigation. S’attaquant à la complexe affaire Clearstream et ses multiples ramifications dans les milieux financiers et politiques, Vincent Garenq réalise un thriller politico économique très pro, en parfaite résonance avec l’actualité.

[rating=3]

Synopsis officiel: 2001. Le journaliste Denis Robert met le feu aux poudres dans le monde de la finance en dénonçant le fonctionnement opaque de la société bancaire Clearstream. Sa quête de vérité pour tenter de révéler « l’Affaire des affaires » va rejoindre celle du juge Renaud Van Ruymbeke, très engagé contre la corruption. Leurs chemins vont les conduire au cœur d’une machination politico-financière baptisée « l’affaire Clearstream » qui va secouer la Vème République.

On vous avait parlé la semaine dernier de l‘excellent documentaire Le Prix à Payer, dénonçant avec intelligence les faiblesses politiques et légales permettant l’évasion fiscale de masse. La publication simultanée par Le Monde et de nombreux journaux étrangers des données du Swiss Leaks a fait la Une cette semaine. L’arrivée sur nos écrans de L’enquête intervient donc dans une actualité brûlante, qui rend l’ambition du film encore plus légitime. Car l’affaire Clearstream qui parait maintenant loin révélait les mêmes failles. Plus que la lutte de pouvoir De Villepin/ Sarkozy qui a occulté le fond du problème, L’enquête revient sur un système de corruption et de blanchiment d’argent faisant intervenir de multiples acteurs. Un système révélé grâce au travail de Titan réalisé par un journaliste, Denis Robert, qui s’est investi pendant plusieurs années pour défendre son travail et ses conclusions.

L’enquête marque par son sérieux et son professionnalisme. Le film évite les simplifications et donne du fond et du temps à chacune des sous-affaires. En évitant la tentation du « tous pourris » tout en laissant transparaître une forme de résignation, un sentiment d’impuissance devant l’ampleur du phénomène. Gilles Garenq rend hommage aux donneurs d’alertes, qu’ils soient juges d’instruction ou journalistes. Et montre leurs difficultés d’enquêter, les blocages permanents, les risques professionnels et personnels encourus, les batailles juridiques et les procès en diffamation. Gilles Lellouche en Denis Robert et Charles Berling en juge Van Ruymbeke sont crédibles et convaincants. Le film pêche en revanche sur la forme, relativement transparente et sur des scènes familiales n’apportant rien au propos, qui cassent la dynamique de l’investigation. L’enquête n’est pas un grand film mais réussit son pari de rendre compréhensible et accessible un scandale financier d’une rare complexité. En défendant le travail de terrain des journalistes d’enquête et des juges, qui combattent avec leurs petits moyens des systèmes qui les dépassent.

Gilles Hérail

L’enquête, un thriller de Vincent Garenq avec Gilles Lellouche, durée 1h46, sortie le 11/02/2015

Bande-annonce et visuels officiels.
Box-office: Papa ou Maman devance le Jupiter des Wachowski au top 10 des entrées France semaine
[Critique] « Mon Fils » d’Eran Riklis avec Yael Abecassis. Magnifique chronique identitaire d’un adolescent arabe en Israël
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *