A l'affiche

« Contes de juillet » le mois de juillet 2016 vu par Guillaume Brac

« Contes de juillet » le mois de juillet 2016 vu par Guillaume Brac

25 juillet 2018 | PAR Olivia Leboyer

A peine un mois après son emballant documentaire L’Ile au trésor, Guillaume Brac nous offre deux Contes de juillet, charmants et cruels.

[rating=4]

Le titre évoque Eric Rohmer et ses contes des quatre saisons. Guillaume Brac filme la première quinzaine de juillet, le début du mois pour le premier court-métrage, L’amie du dimanche, et le 14 juillet pour Hanne et la fête nationale.

Comme dans Un monde sans femmes (2012), il est question de dragues à la plage et de timidité dans L’amie du dimanche, récompensé par le Prix Jean Vigo du court-métrage 2018. En écho à L’amie de mon amie de Rohmer, c’est à la piscine de Cergy-Pontoise que deux amies passent leur temps estival, en rêvant, peut-être, d’une belle rencontre. L’une des deux jeunes filles est rieuse, très ouverte, coquette. Elle reproche, avec une gentillesse légèrement condescendante, à son amie d’être trop sombre et renfermée. Comme dans une fable de La Fontaine, les deux tempéraments opposés vont provoquer des réactions diverses, à rebours de ce que l’on attendait.

Patronage bienveillant de Marilyne Canto

Hanne et la fête nationale suit une très jolie Norvégienne, le temps d’un 14 juillet parisien, entre la Cité universitaire et le défilé des Champs-Elysées. Décor un peu triste de la Cité U, avenue bondée avant le feu d’artifice, les lieux expriment la solitude des personnages. Naturelle, très à l’aise, Hanne ne mesure pas du tout l’effet de son comportement sur les hommes, qui se méprennent. La jeune fille sourit, danse, sans intention de séduire. Evidemment, la séduction involontaire est celle qui cause le plus de ravages, et le conte va se révéler cruel.

Guillaume Brac a réalisé ces deux contes sous le patronage bienveillant de Marilyne Canto, avec des élèves du Conservatoire. En contrepoint de ces marivaudages d’été, l’actualité de ce juillet 2016 se fait entendre, note discrète mais tenace.

Contes de Juillet, de Guillaume Brac, 1 h 10, France, avec Milena Csergo, Lucie Grunstein, Jean Joudé, Kenza Lagnaoui, Théo Chedeville, Hanne Mathisen Haga, Andrea Romano, Sipan Mouradian, sortie le 25 juillet.

Visuels : affiche, photo et bande-annonce officielles du film.

L’humour de Jan Martens et les traditions décalées de Mickaël Phelippeau se dansent au Festival d’Avignon
Gagnez 2 places pour l’exposition Batia Suter – Radial Grammar
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *