A l'affiche
[Cannes, Un certain regard] « Alias Maria », un regard puissant sur les enfants de la guérilla colombienne

[Cannes, Un certain regard] « Alias Maria », un regard puissant sur les enfants de la guérilla colombienne

22 mai 2015 | PAR Yaël Hirsch

Le colombien José Luis Rugeles Gracia nous transporte au cœur des FARCS dans le sillage d’une jeune-fille de 13 ans chargée de sauver un bébé (ou peut-être deux). Un film magnifique, où paysages et visages prennent aux tripes. 

[rating=4]

A l’âge de 13 ans, Maria est habillée en treillis, arme à la main, en  position de bataille dans la jungle colombienne. Elle a aussi une vie sexuelle, comme la plupart de ses camarades à qui l’on distribue les contraceptifs comme des bonbons et que l’on fait avorter comme s’il s’agissait d’arracher une dent de sagesse. Lorsqu’une de ses collègues accouche d’un bébé, Maria part avec 3 autres enfant-soldats pour rapporter ce nourrisson inapproprié à une certaine forme de civilisation. Elle-même est enceinte et découvre en route toute la force de sa fibre maternelle.

Immersion en apnée dans la jungle colombienne, Alias Maria filme avec foi et générosité une héroïne complexe. Un personnage en pleine éducation sentimentale et en plein devenir, malgré les circonstances. Et en effet, malgré les armes, la violence, la guerre, l’impression historiquement juste que le conflit n’a pas de début et pas de fin, Alias Maria est un film qui parle de nourrissons, d’avenir, d’espoir, de ressources, de nature grouillante de vie. Et, ce, sans jamais faire de leçon ou sortir d’un naturalisme respectueux de la situation politique et humaine qu’il décrit. Untrès beau film, porté par une formidable comédienne, Karen Torres (elle-même fille d’ex-FARC) qui pourrait bien être primée lors de la remise des prix de la section Un Certain Regard.

Alias Maria, un film de José Luis Rugeles Gracia. Avec Karen Torres, Carlos Clavijo, Erik Ruiz, Anderson Gomez. Scénario : Diego Vivanco. Durée : 1h32.

Visuel : © Urban Distribution

Retrouvez tous les films de la Compétition dans notre dossier Cannes

[La Quinzaine] « Dope » de Rick Famuyiwa, petit brûlot punchy sur la méritocratie à l’américaine
Cannes, qui aura la palme ? Nos pronostics ! 
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture