A l'affiche
Agenda cinéma de la semaine du 14 octobre

Agenda cinéma de la semaine du 14 octobre

14 octobre 2020 | PAR Eliaz Ait Seddik

Cette semaine cinéma propose un grand voyage : l’Europe, Israël, le Paris des années 60…une déambulation virtuelle mais assurément sensorielle. 

Princesse Europe, de Camille Lotteau

A l’occasion de la campagne des élections européennes de 2019, Bernard-Henri Lévy a entrepris de sillonner l’Europe avec une pièce de théâtre écrite, Looking For Europe, et jouée par lui. Princesse Europe film suit l’infatigable défenseur de l’Union au moment de sa tournée, le long des routes d’une vingtaine de pays, a la rencontre de ses pensées. 

Voir notre critique ici.

Drunk, de Thomas Vinterberg

Quatre amis et professeurs de lycée, neurasthéniques, décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. En maintenant son taux à 0,5g/L, sa vie s’en trouverait largement améliorée. Alors, chacun décide de relever le défi de combler ce « manque. »  Si dans un premier temps les résultats leurs sont favorables – ils sont plus inspirés au travail, plus détendus – , la situation devient rapidement hors de contrôle.

Découvrez notre critique ici.

Les équilibristes, documentaire de Perrine Michel 

Dans un service de soins palliatifs, les soignants font corps et s’écoutent pour être au plus près de leurs patients. En parallèle de ces scènes pleines d’humanité, la voix de la cinéaste Perrine Michel se fait entendre et accompagne, elle aussi sa mère dans l’épreuve de la maladie. Mais peu à peu, dans ce va-et-vient entre le monde hospitalier et un drame personnel, la réalisatrice se met à danser, seule, puis accompagnée de trois danseurs, dans un décor nu qui rappelle celui du théâtre. 

Israël, le voyage interdit – Partie I, documentaire de Jean-Paul Lledo 

Le cinéaste nous embarque, dans un road-movie intime à la rencontre des membres de sa famille qu’il ne connaît pas, notamment son oncle,  mais aussi d’amis ou de personnalités qui tentent de l’éclairer sur la nature de ce pays et la signification du mot « juif » : qui sont les juifs, qu’est-ce qu’être juif – est-ce être israélien ou est-ce une religion ? Au cœur de ces réflexions se mêlent des rencontres poignantes avec des personnages atypiques, dans un voyage sensible et passionnant sur la route des origines. 

Paris calligramme, de Ulrike Ottinger 

Dans ce long-métrage d’art et d’essai, la réalisatrice, Ulrike Ottinger, raconte le Paris des années 60 qu’elle a connu, et évoque en particulier une librairie, Calligramme, dirigée par Fritz Picard, où elle a rencontré des avant-gardistes allemands et français issus de la littérature et de l’art. De cette petite histoire s’ouvre une réflexion sur la grande: a cette époque, Paris traverse une phase politique tourmentée – celle de la décolonisation à la suite de la guerre d’Algérie. Dans le même temps, les manifestations étudiantes contre la guerre du Vietnam font rage, et c’est toute cette période d’engagement politique, de réveil artistique, qu’Ulrike Ottinger interroge. 

30 jours max de Tarek Boudali 

Rayane est un jeune policier, peureux et maladroit, sans cesse moqué par ses collègues. Le jour où son médecin lui apprend, à tort, qu’il n’a plus que trente jours à vivre, il voit dans cette tragédie l’opportunité de s’affirmer comme héros au sein de son commissariat. Ce jeune homme pourtant peu téméraire se meut en véritable tête brûlée, prêt à prendre tous les risques qui s’imposent pour coincer un caïd de la drogue. 

Semaine de la critique à la Cinémathèque 

N’ayant pas pu se tenir physiquement à Cannes en mai 2020, la 59e édition de la Semaine de la critique poursuit toutefois sont travail de mise en lumière de talents émergents en initiant un programme « d’accompagnement hors les murs conçu sur mesure ». Le Délégué Général, Charles Tesson, ainsi que son comité de sélection, ont ainsi retenu 5 longs métrages et 10 courts métrages qui bénéficient du label « Semaine de la critique 2020 » et son présentés en ce moment en avant-première à la Cinémathèque Française. 

Le Festival Lumière de Lyon 

Ce samedi 10 octobre s’est ouverte la 12e édition du Festival Lumière, rendez-vous mondial du cinéma de patrimoine. A cette occasion, 462 films seront projetés au cours de séances présentées par des acteurs, des cinéastes, des historiens, des critiques, et par des  «Ambassadeurs Lumière».

Jusqu’au 18 octobre. 

Crédit visuel : © Affiche du Festival 

« Princesse Europe » : Camille Lotteau filme une tournée identitaire dans les pas de BHL
Festival Lumière 2020, Rencontre avec Alice Rohrwacher : « Le cinéma c’est ce qui nous rassemble »
Eliaz Ait Seddik

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *