A l'affiche
« Princesse Europe » : Camille Lotteau filme une tournée identitaire dans les pas de BHL

« Princesse Europe » : Camille Lotteau filme une tournée identitaire dans les pas de BHL

14 octobre 2020 | PAR Yaël Hirsch

Produit par Margo cinéma et distribué par Sophie Dulac, Princesse Europe de Camille Lotteau suit BHL dans la tournée de sa pièce Looking for Europe. Ce journal intime politique et cinématographique est à l’écran ce mercredi 14 octobre après avoir été présenté à la Mostra.

Pendant la campagne des élections européennes de 2019, Bernard-Henri Lévy monte sur scène de plusieurs grands théâtres, dans une vingtaine de capitales du continent, avec sa pièce Looking for Europe qui défend l’UE ainsi que sa culture libérale et humaniste. Il emmène avec lui Camille Lotteau, celui qui a été le son et le montage de Peshmerga de BHL et Mort à Sarajevo de Danis Tanovic. Le jeune réalisateur est donc la voix et l’œil d’un documentaire qui nous parle de l’Europe que l’on nous lègue. 

Après une introduction mythologique sur un dessin de Watteau qui n’est pas sans faire penser aux sculptures du Mépris de Godard, tout commence à Sarajevo, ville que qualifie BHL de théâtre miniature de tout ce qui se joue en Europe. Et parmi les nombreuses références, c’est Zweig que Lotteau donne à lire à BHL. De fait, Européen convaincu comme le romancier viennois, une dose de spleen baudelairien en plus, inébranlable dans la défense des droits de l’homme contre les populismes, BHL part à la rencontre de dirigeants et intellectuels européens qui marquent notre temps. Petro Porochenko, mais aussi Rosa Thun, Victor Orban ou Görgy Konrad, ils sont dirigeants, artistes, intellectuels, nouvelles égéries populistes ou opposants aux présidents de régimes «?autoritaires?». Sous la caméra de Camille Lotteau, on voit BHL entrer en dialogue ou en joute avec eux alors que les citoyens d’Europe sont amenés à se rendre aux urnes. Mais le principal se dit hors de la scène et des plateaux, dans les coulisses et les interstices… 

Avec un joli recul sur sa formation gauchiste et ses relations épistolaires sms secrètes avec une militante gilet jaune, Camille Lotteau présente cette tournée au fil de ses lectures comme une initiation à l’Europe d’un jeune cinéaste ; une Europe qui prend le visage de villes – jamais cartes postales – et  de « princesses » jeunes et diverses interviewées dans toutes les capitales. Mais évidemment au cœur de ce «?grand tour?» d’éducation politique sur les routes européennes, il y a l’amitié unique avec BHL sur lequel il porte un regard à la fois tendre, extérieur, parfois critique et souvent admiratif.

Le choix de focalisation est vraiment intéressant : non seulement on apprend effectivement plein de choses « avec » le réalisateur qui nous explique au fur et à mesure de qu’il découvre de l’histoire, des enjeux politiques et des dessous humains de ce grand voyage. Mais en plus il offre à cette narration de très belles images, parlantes, que l’on aimerait réunir en livre. Si bien que l’on entend parfaitement et partage la louange du héros de ce film : «?qui?», dit-il,?« n’est pas de moi, mais auquel je tiens comme s’il l’était?» (voir la Règle du jeu) : Plus que fidèle à ses engagements enchevêtrés, Princesse Europe parvient à être à la fois un film doublement personnel et éclairant sur l’Europe.

Visuel : affiche du film

Retrouver Pierre Dac au Mahj
Agenda cinéma de la semaine du 14 octobre
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *